Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

« Nous nous en sortons uniquement grâce à la vente directe »

par Marine Guillaume, mis à jour à 11:46
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
« Nous nous en sortons uniquement grâce à la vente directe »

À Chevreuse (Yvelines), la ferme de la Grand'maison subsiste grâce à la vente des bovins, porcins, ovins et volailles uniquement en vente directe à la ferme.

Devant la boutique de vente directe à la ferme, il peut y avoir jusqu'à une heure et demie, voire deux heures d'attente certains week-ends.

En plein cœur de la vallée de Chevreuse (Yvelines), la ferme de Grand'maison tire son épingle du jeu en écoulant la totalité de sa production directement au consommateur.

Installés sur le plateau agricole dans les hauteurs de Chevreuse depuis 2006, Martine et Frédéric Peltier élèvent 420 bovins, soixante brebis, quatre-vingts agneaux, mille volailles et quarante porcs.

Malgré les difficultés qui touchent le monde de l'élevage, le couple parvient à maintenir à flot l'exploitation, au prix de quelques sacrifices. 

« Nous n'avons pas augmenté le prix de vente de notre viande depuis trois ans alors que les coûts de main d'œuvre et de transport pour aller faire abattre nos bêtes ont, eux, augmenté », confie Martine Peltier : « Nous rognons sur nos marges pour conserver la clientèle. »

L'éleveuse reconnaît toutefois que c'est la meilleure option pour assurer la pérennité de l'entreprise. « Avant, nous vendions nos bêtes sans maîtriser le prix. L'activité vivotait. Et du jour où nous avons commencé la vente directe, nous avons observé un bond de 30 % de notre résultat en un an et demi. »

Depuis, les résultats se sont stabilisés mais le couple croit plus que jamais en cette solution. 

« Nous nous en sortons uniquement grâce à la vente directe », insiste Martine Peltier qui ajoute que l'exploitation « est autonome à hauteur de 80 % pour nourrir toutes les bêtes ». 

Malgré tout, les deux éleveurs doivent faire face à bon nombre de difficultés.

D'abord, celle de trouver des salariés « compétents, ou qui veulent bien faire ce travail, tout simplement », se désole Martine.

Ensuite, les aides de la Pac : « En tant qu'éleveurs, on nous avait dit qu'on toucherait plus, on n'a rien vu » et puis « les aides de minimis agricoles et celles de la MSA, ce ne sont que des foutaises. Un jour, on touche quelque chose et le lendemain, on nous le réclame et il faut rembourser parce que les règles ont changé... »

Les règles justement, l'éleveuse n'en peut plus : « On nous noie sous les papiers, les règles, les normes, j'en ai plein mon bureau. Il faut arrêter de tout changer tout le temps. Maintenant, les aides ne nous sont même plus versées en temps et en heure par rapport à l'engagement pris, mais on est engagé dans des emprunts, nous ! »

Sa plus grande crainte : qu'un jour, une réglementation naisse à propos de la vente directe. 

« C'est de plus en plus pratiqué dans les fermes mais ça commence à gêner les grands distributeurs. Imaginez qu'un jour, ils nous sortent quelque chose, ça pourrait nous tuer », craint l'éleveuse qui soulève aussi la question des dizaines, voire des centaines de kilomètres nécessaires pour aller faire abattre ses bêtes : Gacé (Orne) pour les bovins, Houdan (Yvelines) pour les porcins, Boutigny-Prouais (Eure-et-Loir) pour les volailles et Alençon (Orne) pour les ovins. 

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



L'ACTUALITÉ EN VIDÉO
Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !

  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages