Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Parcours à l'installation, quand l'heure est aux échanges

par Marine Guillaume, mis à jour à 14:09
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Parcours à l'installation, quand l'heure est aux échanges

Le Point accueil installation a réuni, fin novembre, tous les acteurs et partenaires du parcours à l'installation des jeunes en agriculture pour faire un bilan de la situation.

« En 2015, de nombreux dossiers ont pris du retard à cause du nouveau parcours à l'installation »... « Devant les difficultés rencontrées, ce n'est pas étonnant que certains jeunes choisissent de s'installer sans les aides »... « La typologie des candidats à l'installation se diversifie »... « Il y a des retards dans le paiement des aides »...

Mercredi 25 novembre, les échanges liés à l'installation en agriculture ont été denses.

Le Point accueil installation (PAI) avait réuni, au Chesnay (Yvelines), tous les acteurs et partenaires du parcours à l'installation afin de dresser un état des lieux et d'échanger sur les principales problématiques.

Devant les représentants des DDT, de la Driaaf, de la chambre d'Agriculture interdépartementale et régionale, des Jeunes agriculteurs, de la FDSEA, de la région Ile-de-France, de la Safer, de Groupama, de la MSA, du Crédit agricole et du Crédit mutuel, l'animatrice du PAI, Laura Morel, épaulée par Sandrine Terrisse du service Entreprises et territoire de la chambre d'Agriculture, a d'abord dressé un panorama complet de la situation en Ile-de-France.

Ainsi, il a été rappelé que le nouveau parcours à l'installation lié à la réforme de la loi d'avenir a provoqué « une chute du nombre de participants au stage 21h, liée à une appréhension ».

Cette tendance ne devrait cependant pas se poursuivre : « Ceux qui ont été frileux en 2015 devraient se lancer en 2016. »

La nouvelle grille de la dotation jeunes agriculteurs a également été évoquée. Jugée « très lourde administrativement », elle manque de lisibilité pour permettre aux jeunes d'obtenir des points de bonification. 

Autre problématique soulevée, celle de l'installation de certains sans les aides. Le volume de ces jeunes-là n'est pas quantifié alors que la profession agricole souhaiterait les identifier. Un groupe de travail entre la chambre régionale d'Agriculture et la MSA devrait débuter en ce sens en janvier prochain.

Le PAI a proposé une analyse du profil des candidats. On apprend ainsi que de plus en plus de femmes se lancent seules dans un projet et que l'émergence du bio se confirme.

Si les installations en cadre familial reste majoritaires, celles hors cadre familial augmentent cependant chaque année. Elles représentent 33 % en 2015. Autre nouveauté : la reprise d'exploitations spécialisées est aussi en augmentation.

Enfin, les projets de diversification se multiplient par nécessité économique, réclamant notamment du foncier disponible. La Safer travaille sur le portage de foncier avec la région et sur le stockage de foncier à court terme. 

En conclusion de ce bilan, la profession agricole a interpellé les services de l'État sur le paiement des aides, dont certaines sont bloquées ou régulièrement en retard.

Cette réunion de travail a aussi été l'occasion d'échanger sur un nouveau phénomène : l'apparition croissante de porteurs de projets en agriculture urbaine.

Autour de la table, les participants se sont accordés à dire qu'il est urgent de définir ce qu'est l'agriculture urbaine et ce qui s'apparente davantage « à des projets pédagogiques liés à l'économie sociale et solidaire avec une logique d'insertion ».

La MSA a notamment expliqué que la loi d'avenir autorise désormais à prendre en compte les temps de travail destinés à la vente, à la transformation ou au conditionnement pour obtenir le statut d'agriculteur, annihilant de ce fait la logique productive.

Ainsi, demain, des jardins partagés ou un potager sur les toits de Paris pourraient devenir de l'agriculture.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



L'ACTUALITÉ EN VIDÉO
Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !

  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages