Philippe Dekker : « Zéro chiffre d'affaires et une règle d'or, le respect total du confinement »

par Laure Sauvage, mis à jour à 14:55
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Philippe Dekker : « Zéro chiffre d'affaires et une règle d'or, le respect total du confinement »

À Bernay-Vilbert (Seine-et-Marne), l’entreprise de l'horticulteur Philippe Dekker ne réalise aucune vente depuis le début du confinement.

«  Dès le vendredi 13 mars, on sentait la pression monter. Au regard des informations qui circulaient et de ce qui se passait en Chine, on comprenait que nous n’allions pas passer à travers le confinement. Dès le mardi 17 mars au soir, la pavillon plantes, fleurs et décors du Min de Rungis a fermé ses portes  », souligne en préambule Philippe Dekker, horticulteur à Bernay-Vilbert qui commercialise 85  % de sa production sur le marché de Rungis.

Spécialisé dans les plantes bisannuelles, de boutures, à massifs et les jardinières, l’horticulteur a détruit toute la production qui devait être commercialisée à cette date et depuis son chiffre d’affaires est réduit à zéro.

Malgré ce contexte difficile, Philippe Dekker respecte une règle d’or  : le confinement. «  Je refuse toutes les ventes possibles car je ne veux pas être responsable d’une quelconque infection. Nous avons déjà eu des chiffres d’affaires ridicules à cette époque. Il faut être solidaire  ».

Par contre, le chauffage a été arrêté dans les serres pour travailler à froid et les parois ont été recouvertes de peinture blanche afin de ralentir la pousse des végétaux et patienter jusqu’à la fin du confinement.

Aujourd’hui, l’horticulteur vise un déconfinement mesuré vers la mi-mai et une perte de chiffre d’affaires estimée à 50 000-60 000 euros. S’il réalise des déclarations de pertes prévisionnelles chaque semaine, il n’espère pas grand-chose des aides de l’État.

Contrairement à certains de ses collègues, sa structure est amortie, il lui est donc plus facile de passer cette énième crise.

À l’intérieur des serres, la vie continue. L’un de ses salariés qui ne souhaitait pas s’arrêter est présent et travaille de manière isolée.

En cette période difficile, la réaction de la grande majorité de ses clients lui a fait chaud au cœur. La plupart d’entre eux ont envoyé un message de soutien quant ils ont annoncé la fermeture du Min de Rungis.

Laurence Goudet-Dupuis

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages