Phosphore et potassium au menu des Universités du soir

par Hervé Colin, mis à jour à 11:57
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Phosphore et potassium au menu des Universités du soir

Les 17e Universités du soir organisées par la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir se sont déroulées le 5 novembre sur le thème de la maitrise du coût de la fertilisation en phosphore et potassium.

C'est un thème assez complexe qu'ont abordé le 5 novembre les Universités du soir de la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir. De fait, si les mécanismes de la fertilisation azotée sont biens maitrisés, ceux du phosphore et du potassium (P et K), et plus particulièrement leur mobilisation, sont difficiles à appréhender.

Pour répondre aux questions qui se posent à ce sujet, la Chambre à fait appel à une brochette de spécialistes : l'ingénieur de l'Inra et président du Comifer, Pascal Denoroy, le directeur agriculture, environnement et statistique de l'Unifa, Philippe Eveillard et deux agronomes de la maison, Jean-Baptiste Gratecap, et le chef du service, Thierry Savoie.

Comme le veut la formule de ces réunions, trois exposés se sont succédé, suivis chacun par un échange avec la salle.

Ainsi, Pascal Denoroy a commencé par dresser un état de la recherche sur le sujet. Selon lui, il convient avant tout raisonnement de fertilisation P et K de procéder à une analyse du sol en tenant compte de l'historique de la parcelle. Il convient ensuite de ne pas fertiliser au-delà des besoins des cultures mais aussi de ne pas créer de déficiences : « Il ne faut pas gérer P et K comme N », a-t-il souligné, ajoutant que contrairement aux idées reçues, il n'y a pas que 10 % du phosphore apporté qui soit utile, le reste demeure mobilisable.

De leurs côtés, les agronomes de la Chambre eurélienne ont établi un bilan des essais longue durée conduits sur la ferme expérimentale de Miermaigne depuis 1976. Thierry Savoie a glissé qu'une carence en phosphore pouvait être très violente mais qu'un apport de 70 unités était en mesure de la lever. Il a mis en avant également les différents types de phosphore disponibles, invitant à bannir les phosphates naturels et préférer les formes solubles dans l'eau.

Selon lui : « soyez vigilants sur les produits que l'on vous propose, il n'y a pas de produit susceptible de remplacer P et K ».

Pour sa part, Jean-Baptiste Gratecap s'est exprimé sur les résultats des essais et plus concrètement sur les effets d'une carence. Pour le phosphore, sur sol pauvre, le décrochage arrive en moyenne au bout de trois ans, il est le plus fort sur colza (- 30 %), blé sur blé (- 30 %), triticale, orge d'hiver et betterave (- 20 %). Il arrive au bout de six ans sur sol riche mais le décrochage est plus léger. En revanche, un surplus profite un peu au colza et au maïs fourrage.

Pour le potassium, les effets des carences sont plus ténus. Cependant, comme l'a rappelé ensuite Philippe Eveillard dans son intervention, il faut toujours apporter P et K ensemble.

Le représentant de l'Unifa a fait un point sur le marché de ces engrais minéraux, rappelant en passant que si l'on utilise au fil des ans un peu moins d'azote, on utilise surtout beaucoup moins de phosphore et de potassium. Leur teneur dans les sols céréaliers baisse depuis dix ans : « ce qui est dans vos sols est une vraie richesse, même si elle n'est pas disponible immédiatement, il faut l'entretenir », a-t-il conclu.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages