Plan Écophyto-V2+ : visite sur le terrain du préfet coordinateur interministériel

par Laure Sauvage, mis à jour à 12:02
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Plan Écophyto-V2+ : visite sur le terrain du préfet coordinateur interministériel

Chargé de mission de coordination interministérielle du plan Écophyto-V2+, le préfet Pierre-Étienne Bisch a effectué une visite de terrain le 10 septembre dans le sud de l’Île-de-France.

Dans le cadre de la mise en œuvre du plan Écophyto-V2+, le préfet Pierre-Étienne Bisch, coordinateur interministériel — Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, Ministère de la Transition Écologique et Solidaire, Direction générale de l’Alimentation, Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation — du Plan de réduction des produits phytosanitaires en agriculture et du Plan de sortie du glyphosate s’est rendu dans deux exploitations franciliennes et à la coopérative Terres bocage gâtinais mardi 10 septembre, afin de mieux appréhender les dynamiques territoriales, présenter le nouveau cadre de déploiement du plan Écophyto et échanger avec les différents acteurs.

Il s’est d’abord rendu sur l’exploitation de Nicolas Galpin à Auvernaux (Essonne).

L’exploitant, qui travaille en agriculture de conservation depuis quinze ans, a eu un message clair. « Le glyphosate me permet d’implanter des cultures dans une parcelle propre. D’ailleurs, face aux incertitudes sur l’avenir du glyphosate, nombreux sont mes collègues qui hésitent à se lancer. Cette technique est liée au glyphosate ».

Pourtant, l’agriculture de conservation présente des avantages environnementaux (cultures plus résistantes à la sécheresse, réduction de carburants, un point très positif en termes d’émission de CO2, vie microbienne plus importante…).

De même si des couverts riches sont intéressants agronomiquement, leur destruction ne se fait pas à 100 % par le gel ou le passage d’un strip-till, le glyphosate reste indispensable pour éliminer les graminées et le ray-grass.

Le préfet a également pu découvrir la moissonneuse-batteuse de Nicolas Galpin équipée d’un destructeur de graines d’adventices. Il s’agit du seul spécimen en France.

Présidente de la coopérative de Beton-Bazoches (Seine-et-Marne) et membre d’un groupe agriculture de conservation accompagné par la chambre d’Agriculture de région Île-de-France sous l’égide « groupe 30 000 », Stéphanie Bernard, a témoigné : « Je pratique le semis direct depuis deux ans. Travailler en groupe permet d’échanger et de confronter nos difficultés. L’agriculture de conservation est un investissement pour le sol qui nécessite une vue à moyen voire long terme. Le désherbage reste la partie la plus difficile à maîtriser même si le non-travail du sol permet de ne pas réactiver les graines. Beaucoup d’agriculteurs s’y intéressent, mais en l’absence de glyphosate, ils feront marche arrière ».

Autre point sur lequel le préfet était interrogatif : l’étude menée par l’Inra sur les conséquences de l’arrêt du glyphosate en agriculture de conservation. Si de l’avis de tous l’assolement est techniquement faisable, il est basé sur des niches et donc économiquement non réalisable à grande échelle.

Seconde étape, l’exploitation de Michel et Alexandre Audebert à Rémauville (Seine-et-Marne), membres du réseau Dephy 77 sud depuis 2016, l’un des quatre groupes Dephy animés par la chambre d’Agriculture de région.

Déjà inférieur à la moyenne régionale, l’IFT (Indice de fréquence de traitement) a diminué de 10 % en trois ans, mais une grosse difficulté subsiste face aux vulpin et ray-grass. « Faire partie d’un groupe d’agriculteurs qui cherche à réduire ses intrants est une démarche volontaire très constructive. Au lieu de faire de l’écologie punitive, nous préférons l’écologie incitative, précisent les exploitants. L’agriculture biologique est une solution pour certains. En faire le standard de l’agriculture française, ce n’est pas possible ».

Autre point mis en exergue : l’agriculture doit s’adapter au contexte de l’année en fonction d’un territoire donné.

Un agriculteur du groupe Dephy sud 91, Hervé Thomin, est également intervenu. Depuis près de vingt ans il fait partie du Cercle de Méréville, animé par un conseiller chambre d'Agriculture pour optimiser l’apport des phytosanitaires. Si son IFT fongicides est très faible (de l’ordre de 0,4), le glyphosate reste nécessaire, même à faible dose (15 % de la dose homologuée) pour faire face aux chardons et chénopodes.

Face aux interrogations du préfet, les réponses des exploitants ont été claires et justifiées à base d’exemples. S’ils sont tous dans une démarche de réduction des phytosanitaires, certaines mesures peuvent s’avérer irréalisables sur le terrain ou en totale contradiction avec certaines demandes environnementales, sanitaires ou économiques selon les debouchés.

Enfin, le préfet s’est rendu au siège de la coopérative Terres bocage gâtinais, alors que le dossier de séparation de la vente et du conseil est dans toutes les têtes. Le GIEE mis en place a été présenté.

Laurence Goudet-Dupuis

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages