Plus vert donc plus cher : l'agriculteur doit être rémunéré

par Laurence Dupuis, mis à jour à 15:22
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Plus vert donc plus cher : l'agriculteur doit être rémunéré

Les participants sont venus en nombre assister à l’assemblée générale de JA Seine-et-Marne qui se tenait jeudi 14 février sur le site du Grand-Parquet de Fontainebleau.

« L’agriculture française est de nouveau primée, et ce pour la troisième fois consécutive, « modèle le plus durable au monde », pourtant les médias ne l’évoquent jamais. Les exploitants agricoles n’ont pas attendu que les pouvoirs publics se réveillent, ils travaillent déjà pour demain. La plupart de nos nouveaux installés ont un projet innovant de diversification au sein de leur entreprise agricole afin de la pérenniser et de répondre aux besoins des consommateurs. »

C’est par ces mots que Sébastien Guérinot, coprésident de Jeunes agriculteurs de Seine-et-Marne, a conclu la table ronde « Plus vert, plus cher : comment faire ? » organisée dans le cadre de l’assemblée générale du syndicat jeune jeudi 14 février au Grand-Parquet de Fontainebleau. Face à ce constat, il a appelé les participants, dont la préfète de Seine-et-Marne et des élus locaux, à « les écouter, les encourager, les accompagner dans leurs démarches, vers un avenir plus clair ».

Et de citer une phrase de Raymond Barre : «  Un avenir, cela se façonne, un avenir cela se veut ».

Animée par la journaliste Pauline Bourdois, la table ronde donnait la parole à la filière alimentaire Du champ à l’assiette avec Philippe Jehan, président de la FDSEA de la Mayenne et producteur de lait, de volailles et d’œufs Label rouge qui a dû faire face en 1999 à la crise de la vache folle, Jean-Christophe Pierre, directeur agriculture au sein de la sucrerie Lesaffre pour les transformateurs, et Bernard Soyer, représentant de Familles rurales pour les consommateurs.

Arthur Courtier, coprésident des JA 77, a exprimé sa déception face à l’absence d’un représentant de l'UFC que choisir et la non-réponse de 60 millions de consommateurs. « Leur rôle est-il uniquement de dénoncer ? », a-t-il interrogé.

Depuis 1962, date de création de la Pac dans l’objectif d’augmenter la production, les demandes faites à l’agriculture ont évolué : mise en place des premiers quotas, développement des notions de verdissement et d’environnement, puis du bio.

Si tous s’accordent sur le fait de répondre aux attentes sociétales et de protéger l’environnement, ces efforts ont besoin d’être valorisés au niveau économique. « Concernant la culture de la betterave, le premier critère de durabilité est la rentabilité. Or, les différentes mesures créent des coûts mais pas de valeur ajoutée. En achetant local, le consommateur achète de la confiance, d’où l’acceptation d’un prix différent. Le consommateur doit également comprendre que l’agriculture n’est pas un loisir mais une activité économique », insiste Jean-Christophe Pierre.

Côté consommateur, la part de son budget dédié à l’alimentation s’est réduite au fil des ans. S’il est de plus en plus préoccupé par ce qu’il a dans son assiette, son capital santé…, paradoxalement il dépense moins.

« Le monde de la distribution impose sa loi. Pourquoi le consommateur est-il prêt à acheter un téléphone 1 000 euros et dont le coût de production est de 30 euros, mais dépense le moins possible pour se nourrir ? Ce n’est pas la valeur intrinsèque du produit mais ce qui le flatte, son standing », note Bernard Soyer.

Autre remarque, le manque de repères du consommateur. « La loi Egalim, au niveau de l’étiquetage dans l’élevage notamment, permettra de choisir ce qu’on veut, explique Philippe Jehan. Un gros effort de communication reste toutefois à faire avec en filigrane : si c’est plus vert, c’est plus cher. Nous devons être rémunérés. »

Le mot de la fin est revenu à la préfète Beatrice Abollivier qui a évoqué la tendance au plus vert : « Faites connaître vos pratiques en communicant, seule manière de lutter contre l’agribashing, et en jouant collectif. Témoignez de votre dynamisme. C’est à vous de relever ces défis ».

Au cours de la matinée, les adhérents étaient réunis en huis-clos pour évoquer les dossiers phares des Jeunes agriculteurs, dont l’installation (vingt-deux en 2018).

Enfin, chacun des participants est reparti avec une bouteille de vin de l’Aude, une opération de solidarité avec les viticulteurs de ce département fortement impacté par les intempéries.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages