Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Pour en finir avec le mal de dos des agriculteurs

par Hervé Colin, mis à jour à 10:33
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Pour en finir avec le mal de dos des agriculteurs

La jeune kinésithérapeute Léa Debray, s'est intéressée dans le cadre de ses études au mal de dos qui touche les agriculteurs. Elle a travaillé avec un groupe de quinze exploitants et ses résultats sont très positifs.

Être agricultrice ou agriculteur et souffrir de mal de dos n'est pas une fatalité. C'est en tous cas ce que montre le travail réalisé par Léa Debray dans le cadre de ses études de masseur-kinésithérapeute.

Fille d'exploitants agricoles, la jeune femme était plutôt sensibilisée au problème : « j'ai travaillé à la ferme depuis toute petite et je le fait encore très régulièrement. Et je constate souvent que les agriculteurs ont une certaine façon de se tenir, de s'enrouler. On sent que psychologiquement ils portent le poids de leur travail sur les épaules... De plus, ils font un travail de force et souvent sont déséquilibrés dans leurs postures », explique-t-elle.

De fait, pour la MSA, plus de 93 % des maladies professionnelles recensées sont des troubles musculo-squelettiques (TMS). La profession cumule les facteurs de risques...

Pour son étude, Léa Debray a constitué une groupe de quinze agriculteurs, trois femmes et douze hommes.

Son objectif était d'améliorer leurs postures, de baisser l'intensité des douleurs tout en maintenant leur activité professionnelle : « au départ, tous avaient des douleurs, certains depuis plus de vingt ans. Des douleurs au niveau du dos, des cervicales et des épaules principalement mais aussi au niveau des genoux, des coudes ou des hanches. Elles sont liées au temps passé dans le tracteur, au port de charges lourdes et à des gestes répétitifs », explique-t-elle.

« C'est un métier dur, ils font des efforts comme des athlètes de haut niveau ». Après avoir évalué les aptitudes et les problèmes de chacun par une batterie de tests et de mesures : « c'est surprenant de constater les douleurs qu'ils supportent », relève-t-elle, elle a mis en place un travail de rééducation étalé sur six semaines, à raison de deux séances de trente minutes par semaine.

L'objectif était de leur faire prendre conscience de ce qui se passait au cours des séances pour qu'ils puissent reproduire seuls les exercices : « je leur donnais des conseil pour la gestion de l'effort, sur la façon de souffler et sur les positions à adopter pour soulever des charges par exemple. Le but était aussi de les autonomiser », souligne-t-elle.

Et au fil de son travail, la jeune femme a obtenu des résultats significatifs.

Sur les trente-neuf douleurs répertoriées au départ, vingt-deux ont diminué, sept ont disparu, cinq sont à réévaluer et cinq sont restées inchangées : « Mais tous ont progressé en matière d'endurance musculaire et en souplesse. En faisant les mêmes tâches, la moitié d'entre eux ressentaient moins de souffrance. Ils étaient aussi moins réveillés la nuit par leurs douleurs, parfois plus du tout. Un jour une agricultrice m'a dit « ça y est, je me sens droite », et ça, ça m'a fait vraiment plaisir ».

D'autant que ces améliorations physiques ont également un retentissement psychologique significatif, sur l'anxiété et la dépression notamment.

Il faut savoir enfin qu'en cas de prise en charge de ces problèmes de dos par la MSA, suite à un arrêt de travail, seules une douzaine de séances de kinésithérapie sont prévues et qu'il devrait y en avoir encore moins à terme : « le but est d'intervenir avant que les problèmes ne surviennent », estime Léa Debray. Et ses résultats lui donnent entièrement raison.

Découvrez ici quelques exercices conseillés par Léa Debray.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages