Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Pour nourrir mieux, produire plus ne suffit pas

par Laure Sauvage, mis à jour à 17:24
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Pour nourrir mieux, produire plus ne suffit pas

Une forte production agricole ne suffit pas à assurer la sécurité alimentaire d’une population. C’est ce que montre la thèse d’une jeune économiste, à travers le cas de la région des Hauts bassins, au Burkina Faso.

Tout est parti d’un paradoxe : dans certaines régions d’Afrique de l’Ouest, une production agricole élevée coexiste avec des taux de malnutrition infantiles très inquiétants. 

Alissia Lourme Ruiz est doctorante au Centre international de recherche agronomique pour le développement (Cirad). Elle mène un projet de thèse pour expliquer cette contradiction. 

Elle étudie en particulier la région des Hauts bassins, au sud-ouest du Burkina Faso. Dans cette zone, la production agricole - principalement céréalière - permet de satisfaire plus du double des besoins énergétiques des habitants. Pourtant, près de 40 % des enfants de moins de cinq ans y souffrent de malnutrition chronique. 

L’économiste a étudié plusieurs volets, au cours d’entretiens et d’enquêtes de terrain qu’elle a réalisées à plusieurs moments de la saison agricole et au fil de la croissance de jeunes enfants.

Elle s’est d’abord penchée sur la production agricole : diversité des cultures, élevage, revenu issu des ventes, travail des femmes, redistribution aux femmes. 

Elle s’est aussi intéressée à l’alimentation des femmes et des enfants, « les plus vulnérables ». 

Et elle a analysé la malnutrition infantile à court et long terme. Plus précisément, le retard de croissance, « qui est moins visible, spectaculaire et médiatisé que la maigreur, mais qui est lié à un phénomène d’accumulation et donc d’une mauvaise nutrition sur une longue période. », détaille-t-elle.

Alissia Lourme Ruiz se penche enfin sur un aspect peu étudié en Afrique de l’Ouest : l’arbitrage temps/argent des mères, qui sont en charge de l’alimentation de la famille. « L’hypothèse est la suivante : lorsque les femmes travaillent, elles auraient plus d’argent pour acheter des produits alimentaires ou de soin aux enfants, mais auraient moins de temps pour s’en occuper. », explique-t-elle. Pour vérifier cette théorie, elle s’est intéressée sur le terrain « au temps des femmes, aux négociations au sein des ménages agricoles et à l’accès à certaines connaissances et pratiques ».

Ces travaux lui ont permis de montrer que l’autonomie financière des femmes : « améliore de façon très nette la qualité de leur alimentation et celle de leurs jeunes enfants. Bien plus que le niveau de la production agricole. » 

Autre constat : l’importance de la diversité de l’alimentation. « Les ménages enquêtés recherchent la satiété mais pas la diversité. Les femmes et les enfants mangent assez en quantité mais souffrent de carences en micronutriments : on appelle cela la faim cachée », note-t-elle.

De façon générale, les résultats de ses enquêtes éclairent le paradoxe de départ : la production céréalière seule ne permet pas d’assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle d’une population. C’est pourtant sur ce postulat que s’appuient les politiques de lutte contre la malnutrition dans cette zone de l’Afrique.

« D’autres facteurs doivent être pris en compte : niveau de revenu, ressources en plantes sauvages, composition des repas des enfants, statut des mères, diversité de leurs activités… », souligne Alissia Lourme Ruiz, qui souhaite que ses résultats puissent « aider les institutions qui travaillent sur la sécurité alimentaire à mettre en œuvre des actions plus efficientes pour lutter contre la malnutrition. »

Inspiré du travail d’Alissia Lourme Ruiz, cet article du Cirad montre en images comment l’indépendance économique des femmes influe sur la sécurité alimentaire d’une population. 

La jeune chercheuse a par ailleurs réalisé avec Eric Maugerard un film documentaire à destination du grand public. Ils y expliquent de façon simple les hypothèses et résultats du projet de thèse. 

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



L'ACTUALITÉ EN VIDÉO
Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !

  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages