« Pour une réelle politique de l’emploi en agriculture »

par Julie Lochon, mis à jour à 17:27
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
« Pour une réelle politique de l’emploi en agriculture »

FDSEA et JA de Loir-et-Cher ont rencontré les politiques départementaux afin d'exprimer leurs craintes concernant les charges de la main-d'œuvre saisonnière.

FDSEA et JA Loir-et-Cher ont rencontré lundi 1er octobre les parlementaires du département ainsi que le président du conseil départemental, Nicolas Perruchot, et Pascal Bioulac, conseiller agricole au conseil départemental, pour les alerter sur la suppression de l'exonération de charges pour les travailleurs occasionnels dans le secteur agricole.

Les intentions des députés et sénateurs seront attendues lors des prochains débats au Parlement.

Après avoir dressé le contexte agricole actuel, marqué par une sécheresse persistante et des trésoreries relativement basses ne permettant pas d’envisager sereinement l’avenir, Florent Leprêtre, président FDSEA de Loir-et-Cher, est revenu sur les propositions du Gouvernement pour l’emploi. 

À compter du 1er janvier 2019, le CICE sera remplacé par une réduction de la cotisation patronale d’assurance maladie. Les 6 % de crédit d’impôt seront ainsi basculés, mais n’auront pas d’incidence pour les employeurs de travailleurs occasionnels en agriculture puisqu’une réduction de 13 % des cotisations maladie était déjà appliquée à travers les exonérations Tode.

Ce dispositif Tode permettait également une exonération totale jusqu’à 1,25 Smic, alors que le régime d’allégement général proposé au 1er janvier 2019 est dégressif dès le Smic.

Didier Delory, secrétaire général de la FDSEA de Loir-et-Cher, réagit : « Cela n’incite pas à proposer des salaires supérieurs au Smic, alors que les travaux agricoles sont souvent pénibles et mériteraient une valorisation des salaires. On lutte contre le travail détaché, mais en même temps, on augmente les charges ».

Pour Pascal Marionnet, producteur de plants de fraisiers à Soings-en-Sologne : « Le prix des plants de fraisiers est composé à 60 % par le coût de la main-d’œuvre. Pour exemple, l’Allemagne propose des prix 30 % moins cher. Nous sommes obligés aujourd’hui de développer la vente de licences des variétés aux pays plus compétitifs que nous ».

Sophie Roumier, jeune installée avec son conjoint à Soings-en-Sologne, spécialisée dans la production de fraises et représentante JA, demande si l’on veut arrêter la production de fraises en France. 

Avec cette proposition du Gouvernement, c'est un manque à gagner de cent trente millions d'euros pour la ferme France, une perte d’un million et demi d'euros pour le Loir-et-Cher.

Gilles Leroux, polyculteur éleveur laitier, producteur d’asperges et de cornichons, soulève : « On essaie de sortir des crises céréales et lait en diversifiant nos productions et on se retrouve face à de nouvelles contraintes sur la main-d’œuvre, qui mettent à mal nos projets d’entreprise ! ». 

On ne peut pas vouloir une compétition internationale et handicaper ses propres productions. La suppression des produits phytosanitaires engagée risque d’augmenter considérablement les besoins de main-d’œuvre : le Gouvernement se contredit dans ses orientations politiques.

La FDSEA et JA de Loir-et-Cher seront vigilants pour que les parlementaires, tous présents lors de cette rencontre, défendent une réelle politique pour l’emploi en agriculture lors des prochains débats au Parlement sur le projet de loi de finances.

FDSEA et JA de Loir-et-Cher

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages