Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Produits phyto : dans un an, les collectivités devront faire sans

par Estelle Bescond, mis à jour à 13:00
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Produits phyto : dans un an, les collectivités devront faire sans

Le 15 octobre, une soixantaine d’élus et agents territoriaux a assisté à une journée d’information sur l’interdiction des produits phytopharmaceutiques en zones non agricoles.

Au 1er janvier 2017, on ne verra plus de produit phytopharmaceutique utilisé par des agents territoriaux ou en vente libre aux particuliers. Dans la suite du plan Écophyto* et de la loi Labbé, la loi de transition énergétique, votée en juillet, avance la date d’entrée en vigueur de ces interdictions en zones non agricoles, initialement prévue pour 2020 et 2022.

Seuls quatre types d’espaces sont exemptés : les cimetières, les golfs, les terrains de sport et les tronçons de voirie pour raisons de sécurité.

Les élus et agents communaux n’ont plus qu’un an pour se préparer et préparer la population à ce changement.

Certaines communes ont déjà réduit l’usage de ces produits depuis plusieurs années, d’autres sont engagés dans une démarche « zéro pesticide » pilotée par le CDPNE et une partie est en cours de réflexion.

À ce titre, une journée d’information et d’échange d’expériences a été organisée le 15 octobre à La Chaussée-Saint-Victor par la chambre d’Agriculture de Loir-et-Cher.

Une soixantaine d’élus, administrés et agents des collectivités étaient présents pour prendre connaissance des réglementations présentées par Aurélie Thomas, de la direction régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt (Draaf), se renseigner sur les méthodes alternatives aux produits phyto et découvrir des solutions locales de paillage avec le chanvre et le bois.

Un conseiller de la chambre d’Agriculture d’Indre-et-Loire est venu partager les méthodes appliquées dans certaines communes de ce département.

En méthodes préventives, des plantes couvre-sol et le paillage peuvent être mis en place. Il est aussi conseillé de procéder à un balayage régulier, manuel (avec une binette ou sarcloir) ou mécanisé. Du côté des techniques curatives, le choix est vaste : débroussailleuse portée ou à dos, débroussailleuse sur roue, désherbage thermique à flamme, à eau chaude ou à mousse.

« C’est sûr, ces méthodes alternatives ne seront pas aussi radicales que les produits phyto : le paysage communal va être différent », précise Benoît Lonqueu, vice-président de la chambre d’Agriculture.

Tous les intervenants ont donc insisté sur le fait que les collectivités doivent informer et communiquer auprès de la population. « Ce changement est une réflexion globale : acceptation de ce nouvel aspect de l’espace public, mise en place de techniques alternatives, nouvelle gestion des budgets, investissements… », souligne Benoît Lonqueu.

Plusieurs acteurs, comme les chambres d’Agriculture, la Fredon ou le CDPNE, peuvent accompagner les communes pour passer ce virage.

*L’objectif du plan Écophyto est de réduire l’utilisation des pesticides en France de 25 % d’ici à 2020 et de 50 % d’ici à 2050.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages