Quand les élus locaux sont Charlie

par Marine Guillaume, mis à jour à 15:19
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Quand les élus locaux sont Charlie

Sur leur blog et les réseaux sociaux, les élus franciliens ont réagi à l'attentat commis contre Charlie hebdo.

Quelques heures à peine après l'attentat qui a visé la rédaction de Charlie Hebdo mercredi 7 janvier, les élus locaux franciliens ont été très nombreux à réagir sur leur blog ou sur les réseaux sociaux. Tous ont fait part de leur émotion et apporté leur soutien en affichant sur leur page ou leur profil le message symbolique : « Je suis Charlie ». Voici quelques-unes de leurs réactions.

- Franck Marlin, député-maire d'Etampes (Essonne) : « Ce matin, la République, ses valeurs, la liberté d'expression et de la presse ont été attaquées. Un acte effroyable et barbare. C'est une tragédie nationale qui nous bouleverse tous. Mes premières pensées vont aux victimes, journalistes, caricaturistes et policiers ainsi qu'à leurs familles. Aux Français ainsi qu'aux élus de faire front uni. Rassemblons-nous contre l'inacceptable et pour défendre nos valeurs. Aujourd'hui, nous sommes tous Charlie. »

- Valérie Pécresse, député des Yvelines : « Choc et émotion face à l'attaque barbare de Charlie hebdo. Mes pensées vont aux victimes et à leurs proches. Soutien total à la rédaction. » Puis un peu plus tard : « Soutien total aux forces de l'ordre engagées dans notre protection et durement touchées par la barbarie terroriste. Un seul mot d'ordre : unis pour faire face. »

- Philippe Houillon, député du Val-d'Oise : « Mes pensées vont à la famille de Charb, Pontoisien d'origine, victime de la barbarie atroce parce qu'il a pris le risque de la liberté. »

- Gérard Larcher, président du Sénat et ancien maire de Rambouillet (Yvelines) : « Un acte d'une horreur inqualifiable vient de se produire. Pensant d'abord aux victimes, je veux dire ma très profonde émotion. Un des biens les plus précieux de la République vient d'être attaqué : la liberté de la presse. Un des droits les plus précieux des Français vient d'être mis à mal : leur sécurité. Nous ne transigerons jamais avec la liberté d'expression et la liberté de la presse. »

- Jean-Marie Tétart, député des Yvelines : « C'est un mot de notre devise qu'on a tenté de faire disparaître. Il faut réagir en montrant l'unité nationale. Il faut rendre hommage à ces fous de liberté qui assuraient aussi la nôtre. »

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages