Quelques solutions pour pallier les absences de salariés

par Laure Sauvage, mis à jour à 18:04
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn

Recours à un salarié en chômage partiel, de la main d’œuvre familiale, son prédécesseur, à l’entraide… Plusieurs options sont envisageables pour faire face à un surcroît de travail dans une exploitation.

L’état d’urgence sanitaire se traduit par une situation paradoxale dans la ferme France. D’un côté de nombreuses entreprises, contraintes de baisser leur activité, réduisent le nombre d’heures de travail de leurs salariés, ou ferment leur site provisoirement.

De l’autre, certaines, en maraîchage en particulier, font face à une pénurie de main-d’œuvre. Le service juridique de la FNSEA Centre-Val de Loire apporte quelques précisions pour trouver des solutions.

Chômage partiel et travail agricole

Oui, les salariés au chômage partiel, dite activité partielle, ont le droit de travailler dans une autre entreprise (Circulaire DGEFP du 12/07/2013). Le cumul d’emploi devra être réalisé dans le respect des principes de loyauté et de non-concurrence. Ceci implique que le salarié ne doit pas travailler pour  :
- le compte d’un autre employeur concurrent  ;
- ou pour son propre compte de manière concurrente à son employeur.

Aucun salarié ne peut accomplir des travaux rémunérés au-delà de la durée maximale hebdomadaire du travail. Le salarié doit informer son employeur de sa décision d’exercer une activité professionnelle chez un autre employeur pendant la suspension de son contrat de travail en précisant le nom de l’employeur et la durée prévisionnelle de travail.

Le salarié percevra de manière concomitante l’indemnité due au titre de l’activité partielle et la rémunération afférente aux emplois alternatifs.

À l’issue de la période d’activité partielle le salarié peut reprendre le travail chez son employeur principal. Pour cela le salarié rompt le contrat de travail complémentaire. S’agissant d’un CDD, ce sera une rupture d’un commun accord par écrit.

Puis-je bénéficier d’un coup de main  ?

Le coup de main peut être donné par n’importe qui (voisin, ami, cousin…) mais le cadre est très strict. Il doit être de courte durée, spontané, non planifié et non indispensable à la mise en valeur de l’exploitation.

Ces quatre éléments sont cumulatifs. Il s’agit d’une aide non rémunérée qui est donnée de façon imprévue (par exemple, aider à récupérer une vache qui s’est échappée d’un champ et qui vagabonde sur la voie publique). En revanche, une personne qui vient aider un exploitant pour l’ensilage, l’accolage dans les vignes ou les semis de printemps n’effectue pas un coup de main bénévole car ce sont des activités planifiées et indispensables à la mise en valeur de l’exploitation. Le bénévolat ne semble pas adapté à la situation du coronavirus, car les travaux de printemps sont indispensables à la mise en valeur de l’exploitation.

L’absence de rémunération s’entend au sens large, c’est à dire en espèces mais aussi en nature (repas, prêt de matériel…). Si l’activité est régulière, rémunérée avec un lien de subordination, elle sera apparentée à une dissimulation de travail salarié et donc sanctionnable pénalement. L’aide bénévole n’a pas à être déclarée à la MSA.

Attention, la responsabilité de l'aidé peut être engagée. L’exploitant doit vérifier que sa responsabilité civile couvre bien les aides bénévoles et occasionnelles.

L'entraide entre agriculteurs est-elle possible  ?

Oui. Pour rappel, l’entraide est définie comme un échange gratuit de services entre agriculteurs en activité. Elle répond à trois critères  : gratuité, réciprocité et équivalence des échanges entre les agriculteurs. Elle peut être occasionnelle, temporaire, plus ou moins régulière. Cet échange doit être équitable. Si ce n'est pas le cas, le versement accessoire d'une soulte (somme d'argent permettant de compenser l'excédent de valeur) est admis afin d'arriver à un équilibre. Son montant doit être inférieur au volume des échanges de travail.

L’entraide peut prendre deux formes  :
- échange de services en travail  : participation personnelle à des travaux sur l'exploitation  ;
- ou échange de service en moyens d'exploitation  : mise à disposition de matériel agricole (tracteur, moissonneuse, engins de transport, etc.). Il ne doit pas y avoir de rémunération, en nature ou en espèces, mais un remboursement des frais est possible. Attention  : quand la prestation de travail est réalisée à titre onéreux (par exemple, fourniture d'un repas, d'avantage en nature et/ou salaire), et avec une relation de subordination, la qualification de salariat doit être appliquée.

L'entraide est essentiellement orale. Mais elle peut aussi être formalisée par écrit ce qui permet de formaliser les services rendus et les conditions applicables. Dans la situation du coronavirus, cette solution peut être utilisée.

Puis-je me faire aider par ma famille  ?

L’entraide familiale ne peut exister qu’entre parents au premier degré  : parents-enfants, frères-sœurs. Il s’agit d’une tolérance, sauf à ce qu’elle soit faite sous statut d’aide familial. Attention, la participation d’un proche à la marche d’un établissement peut être qualifiée de salariat dès lors que les éléments caractéristiques du salariat peuvent être démontrés.

Cela peut se traduire par un lien de subordination, une organisation du travail s’inscrivant dans la durée et une rémunération. Dans la situation du coronavirus, cette solution ne pourra être qu'exceptionnelle et sur une courte durée.

… et par un parent retraité  ?

Dans le cadre d’une transmission familiale à son conjoint ou son enfant, une aide est tout à fait légitime et ne fait pas obstacle au maintien de la retraite, si le retraité n’y consacre pas plus de 10 à 15 heures par semaine en moyenne maximum.

Si l’exploitation est transférée hors cadre familial, le retraité peut conserver une parcelle de subsistance pour ses besoins personnels, qui ne peut excéder le cinquième de la surface minimum d’installation. La transmission des savoirs et des expériences s’inscrit alors dans le cadre de l’entraide réciproque entre agriculteurs.

En dehors de ce cas, le retraité peut également donner un coup de main occasionnel sur son ancienne exploitation ou sur une autre, dès lors que son intervention est non permanente, non planifiée et non indispensable à la mise en valeur de l’exploitation. À défaut, il doit être déclaré salarié, conjoint collaborateur ou aide familial. Le paiement de sa retraite est alors suspendu.

Dans la situation du coronavirus, il faut être très prudent avec cette solution car s’il s’agit de faire les travaux de printemps par exemple, ce sont des travaux indispensables à la mise en valeur de l’exploitation, et il y a un risque de requalification en travail illégal.

FNSEA Centre-Val de Loire

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages