Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Rallye du désherbage à Danzé

par Chloé Cartier-Santino, mis à jour à 16:15
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Rallye du désherbage à Danzé

Dans le cadre d'Innov'action, une cinquantaine d’agriculteurs a pu découvrir les nouvelles pratiques de désherbage en grandes cultures, le 15 septembre, sur l’exploitation de Didier Blais, Le Grand Boulay, à Danzé (Loir-et-Cher).

Pour la troisième journée Innov’action en Loir-et-Cher, la chambre d’Agriculture (CA 41) a mis en avant le désherbage mécanique.

« Même si la situation actuelle est difficile, il faut préparer l’avenir pour continuer à vivre de notre métier en respectant notamment les contraintes environnementales car les pratiques évoluent », a introduit Michaël Graciano, du pôle Grandes cultures de la CA 41.

Didier Blais, agriculteur à la ferme du Grand Boulay, à Danzé, accueillait cet après-midi dédiée au machinisme et autres solutions de désherbage.

« J’exploite 134 hectares de grandes cultures sans labour depuis dix ans et j’ai également une société de prestation avec Jean-Yves Hallouin, mon voisin agriculteur, avec qui on partage aussi du matériel », explique-t-il avant de poursuivre : « Cela nous a permis d’utiliser du matériel performant et des technologies qui accompagnent de nouvelles pratiques. »

Une herse étrille a été présentée. « Elle s’utilise, par exemple, sur du maïs ou de l’orge tout juste germé et il n’y a pratiquement pas de dégâts », présente Michaël Graciano. Une machine qui atteint une vitesse de chantier de 15 km/h.

Les agriculteurs ont aussi eu la démonstration d’une écimeuse du fabricant Combcut pour optimiser la qualité du désherbage. « Elle peut intervenir au-dessus de la culture mais aussi dans la culture lorsque le stade de la plante le permet », explique Michaël Graciano. La machine dispose de lames de cutter dont l’agressivité peut être réglée pour sélectionner les plantes à couper et préserver la culture en place.

« Ce type de machine tourne sur des exploitations en bio dans la région, mais elle peut aussi être utilisée dans le conventionnel car elle est efficace sur les adventices de type vulpin et chardon », ajoute Michaël Graciano. Pour le moment, elle travaille sur huit mètres de large, mais des machines de douze mètres sont en cours de développement. Sa vitesse maximum de chantier est de 15 km/h et il faut changer une fois par an les lames car leur usure diminue la qualité de l’écimage.

« Ce n’est pas un concurrent du pulvérisateur mais sur un chardon, ça marche à tous les coups. Cet outil ne va pas remplacer les autres techniques, mais il est complémentaire », conclut Michaël Graciano.

Une bineuse Garford pour semer des cultures en rang était aussi présentée. « C’est la plus haute gamme des bineuses guidées par caméra avec une précision de deux centimètres », commente Vincent Rigal, conseiller grandes cultures et fourrages à la CA 41.

Jean-Yves Hallouin a également présenté son semoir : « L’objectif de cet outil était de réussir la levée de colza qui est un challenge dans notre région. » La machine intègre l’apport de phosphore directement dans la partie travaillée du sol et permet de diminuer la dose à quinze unités au lieu de cinquante.

Outre le désherbage mécanique, des alternatives aux produits chimiques ont été abordées avec notamment l’agronomie dans la gestion du désherbage et la présentation de l’utilisation de plantes allélopathiques comme le sarrasin, l’avoine brésilienne, la caméline et le chanvre.

Durant l’après-midi, les agriculteurs ont aussi pu découvrir de nouvelles technologies comme un drone qui localise les adventices (pour le moment principalement les chardons), grâce à leur biomasse, dans un champ de maïs ou de betterave.

Des vidéos de machines futuristes ont enfin été projetées. « Il y a un vrai engouement des constructeurs pour des machines sans pilote, par exemple, et ça va se développer dans les prochaines années », souligne Vincent Rigal.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages