Récoltes 2020 : des exploitations à bout de souffle

par Laure Sauvage, mis à jour à 16:16
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Récoltes 2020 : des exploitations à bout de souffle

Jeudi 30 juillet, la FNSEA Centre-Val de Loire a fait un point sur la conjoncture agricole post-moisson.

« Il manque des quintaux… Mais la qualité est bonne  » a annoncé Florent Leprêtre, président de la FNSEA Centre-Val de Loire, lors d’une conférence de presse, le 30 juillet dernier à Orléans.

L’année 2020 est arrivée avec son lot de déceptions… On enregistre même, pour bon nombre d’exploitations, des résultats pires que ceux de 2016, qualifiée comme «  année noire  ». Sans grandes surprises c’est le mot « hétérogène  » qui a été choisi pour qualifier cette moisson 2020, avec - 30 à - 50 % du volume récolté sur bon nombre de parcelles. « Ça va être très compliqué, a t-il ajouté. Ce n’est pas le tout de faire de la qualité, il faut aussi de la quantité pour faire du résultat ».

Le bilan céréalier est « très décevant  » tout au long du cycle, de l’implantation à la récolte.

Les rendements en céréales, oléo-protéagineux mais aussi en paille pour l’élevage ne sont pas du tout au rendez-vous sur l’ensemble de la région Centre-Val de Loire. Bien que les aléas climatiques expliquent une partie des problèmes, le reste serait, selon le syndicat, lié à l’impasse technique.

«  Nous avons la certitude que l’on va vers l’impasse technique sur les molécules que l’on nous a retirées. Il faut des solutions alternatives équivalentes  ! Nous avons besoin de recherche et d'innovation, pour que l’agriculture puisse s’adapter et durer  ».

Florent Leprêtre a profité de cette réunion pour rappeler que les régions, les communautés de communes, les agglomérations, en complément de l’État, ont leur rôle à jouer  : « Il est plus qu’urgent de passer aux actes  ! Ceux qui ont les compétences économiques doivent accompagner l’agriculture à passer le cap. Les exploitations n’ont plus de marge de manœuvre et subissent de plein fouet la politique agricole française de décroissance ».

En attendant, le syndicat demande  : l’exonération de la TFNB (taxe foncière sur le non bâti), une avance sur aides Pac, à partir du 15 octobre pour « donner une bulle d’oxygène  », la mise en place d’un Fonds d'allègement des charges (Fac) accessible à tous les agriculteurs, l’effacement et/ou l’étalement des cotisations MSA, le soutien aux initiatives liées au stockage de l’eau, entre autres.

« C’est dramatique… de nombreux agriculteurs âgés de 40-45 ans se posent la question d’arrêter en plein milieu de leur carrière… Ils n’y croient plus, c’est le grand désarroi  ».

Un avis soutenu par le président de la chambre d’Agriculture régionale, Philippe Noyau : « Les responsables du pays ont beaucoup de responsabilités sur le maintien de l’agriculture. Dans l’immédiat, il faut se demander comment on fait pour accompagner les agriculteurs à repartir  ».

Une période compliquée, qui risque de durer au vu des prévisions météorologiques qui ne prévoient pas de pluie. De quoi miner un peu plus le moral des agriculteurs. C’est pourquoi les présidents ont conclu cet entretien en demandant « du bon sens et de l’indulgence  » de la part de toutes les administrations.

Doriane Mantez

Photo : Le 30 juillet à Orléans. Florent Leprêtre et Philippe Noyau, respectivement président et vice-président de la FNSEA Centre-Val de Loire ont appelé les pouvoirs publics « à passer aux actes  ».

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages