Redécouvrir Rosa-Bonheur

par Laurence Dupuis, mis à jour à 17:42
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Redécouvrir Rosa-Bonheur

Le musée-atelier Rosa-Bonheur à Thomery (Seine-et-Marne) a ouvert en 2018. Qui était cette peintre animalière et sculptrice mondialement reconnue au XIXe siècle ?

Conservé comme un sanctuaire par ses héritiers depuis son décès en 1899, la demeure de l’artiste Rosa Bonheur, le château de By à Thomery (Seine-et-Marne), a ouvert ses portes en juin dernier. Son portrait, sourire en coin, trône dans son atelier.

Tombée dans l’oubli, cette artiste peintre animalière et sculptrice a été mondialement reconnue au XIXe siècle. Elle fut le fer de lance dans de nombreux domaines (écologie, féminisme, valorisation des races…).

En France, seule l’école vétérinaire de Maisons-Alfort (Val-de-Marne) s’intéresse encore à son œuvre notamment pour retrouver des races disparues. « À travers sa façon de peindre, elle veut montrer la perfection de l’animal et le peindre sans sa naturalité. Le meilleur exemple : le tableau Labourage nivernais exposé au musée d’Orsay où les animaux et les hommes apparaissent ensemble mais ces derniers sont juste esquissés », note Katherine Brault, nouvelle propriétaire du musée-atelier de Rosa Bonheur.

Dès son premier grand succès — la toile Le marché aux chevaux, actuellement exposée au Metropolitan museum of art de New York —, elle quitte Paris pour s’installer à Thomery avec sa ménagerie (deux cents animaux) en 1861.

En 1865, elle y accueille l’impératrice Eugénie, venue lui remettre la Légion d’honneur. C'est la première femme artiste à recevoir cette distinction, elle qui a connu une ascension fulgurante avec ses premières commandes de l’État à 24 ans.

Issue d’une famille modeste, Rosa Bonheur s’est élevée au plus haut, seule, avec ténacité.

L’artiste, qui se voyait comme une vestale ayant pour mission d’élever la femme à un niveau supérieur, demande même l’autorisation de porter des pantalons, plus pratiques pour réaliser de grandes toiles et pour se rendre sur les foires aux bestiaux et dans les abattoirs, des lieux prohibés pour les femmes.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages