Rencontre FDSEA-JA et préfète : « halte au matraquage »

par Laurence Dupuis, mis à jour à 12:50
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Rencontre FDSEA-JA et préfète : « halte au matraquage »

Les 6 et 7 décembre; FDSEA et JA de Seine-et-Marne ont rencontré la préfète de Seine-et-Marne puis des parlementaires afin de dénoncer l’agribashing et le matraquage dont ils sont victimes.

Dans le cadre de l’appel à la mobilisation de la FNSEA et de JA sur les questions de matraquage, tant sur le plan fiscal et économique que sur un agribashing institutionnalisé, la FDSEA et les JA de Seine-et-Marne ont rencontré en urgence Béatrice Abollivier, préfète du département, jeudi 6 décembre.

Les responsables professionnels ont dénoncé « une transition écologique à marche forcée qui impose des charges supplémentaires insupportables et qui décide, en séparant la vente et le conseil des produits phytosanitaires, de déstructurer des filières organisées ».

Ils ont également dénoncé « les distorsions inacceptables vis-à-vis de pays tiers qui n’ont pas les mêmes contraintes ou interdictions ».

La dérogation pour les néonicotinoïdes pour la betterave obtenue par la Belgique est en ce sens un exemple flagrant. L’agribashing a ensuite été vertement critiqué : « Ces mensonges, voire ces calomnies, parfois incités par l’État lui-même (plate-forme glyphosate) ne sont plus supportables et jettent le discrédit sur une des agricultures les plus vertueuses au monde. Qu’on se le dise… »

Enfin différents sujets plus locaux ont été abordés.

Pour conclure ce moment d’échange constructif et direct, le président de la FDSEA de Seine-et-Marne, Cyrille Milard, a rappelé que les agriculteurs du département, comme tous les agriculteurs français, se sentent humiliés par un gouvernement totalement hermétique aux échanges et aux préoccupations du monde agricole.

« Nous allons rencontrer nos parlementaires dès demain car la semaine prochaine ils vont avoir à voter des lois nous concernant et le temps de la consigne gouvernementale est révolu. »

Toujours dans le cadre de l’appel à la mobilisation nationale de la FNSEA et de JA, la FDSEA et JA de Seine-et-Marne avaient donc convié les parlementaires du département à venir les rencontrer vendredi 7 décembre après-midi sur l’exploitation de Mathieu Beaudoin à Évry-Grégy-sur-Yerre.

« Nous ne nous inscrivons pas dans le mouvement des Gilets jaunes, nos sujets étant propres à notre activité et ça ne représente pas notre façon de faire face aux dérives », a rappelé en préambule le président de la FDSEA 77, Cyrille Milard.

Si les sujets évoqués lors de la rencontre avec la préfète ont été également abordés avec les députés, une large part des discussions ont tourné autour de l’augmentation des charges à laquelle la profession sera soumise.

« Avec l’augmentation de la redevance pour pollutions diffuses, la séparation du conseil et de la vente inscrite dans la loi Egalim, les agriculteurs devront faire face à de nouvelles charges alors que les résultats de la moisson ne permettront pas aux exploitants de se dégager un revenu décent ».

Ce moment d’échanges, parfois vifs, a permis aux agriculteurs présents d’exprimer leur désarroi au regard des contraintes et taxes qui ne cessent de s’accroître, sans oublier l’agribashing dont ils sont victimes. La profession a l’impression d’être abandonnée et le manque de dialogue avec le gouvernement creuse ce fossé.

« Réformer l’agriculture sans les agriculteurs est une hérésie », ont souligné les députés.

S'ils se sont montrés à l’écoute, il en ressort aussi qu’ils sont demandeurs d’informations et de discussions avec le monde agricole. À noter que les rencontres avec les députés se poursuivent cette semaine puisque certains n’ont pas pu se libérer ce jour-là.

G. Le Gall, L.G-D. et S.D.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages