Rencontres constructives avec les députés

par Laure Sauvage, mis à jour à 14:20
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Rencontres constructives avec les députés

Tout au long de la semaine du 21 au 25 septembre, des représentants de la FDSEA 77, de JA 77 et de la CGB Île-de-France ont rencontré les députés seine-et-marnais pour évoquer les dangers qui pèsent sur la filière betterave et le Rip (Référendum d’initiative partagée) sur le bien-être animal.

Les difficultés de la filière betteravière et la nécessité de voter la loi permettant une dérogation pour utiliser des produits de traitement des semences en attendant une solution alternative, ainsi que les inquiétudes vis-à-vis du Rip (Référendum d’initiative partagée) sont deux sujets au cœur de l’actualité qui ont incité la FDSEA 77, les JA 77 ainsi que la CGB Île-de-France à proposer aux députés seine-et-marnais des échanges sur le terrain.

Ainsi, ils ont convié la députée Modem de la première circonscription, Aude Luquet, sur l’exploitation agricole de Franck Fournier, à Voisenon, lundi 21 septembre.

Au sein d’une parcelle de betteraves, elle a pu constater les ravages de la jaunisse sur cette culture. Les betteraves font un tiers de leur poids normal. 

« En mettant à mal une filière française, on donne les clés de l’agriculture française à l’étranger », a souligné le secrétaire adjoint de la FDSEA 77, Pascal Verrièle.

Cette situation fait suite à l’interdiction des néonicotinoïdes pour l’enrobage des graines alors qu’aucune solution alternative n’existe.

Cette rencontre a eu lieu à une période cruciale  : le vote d’une loi le 5 octobre à l’Assemblée nationale permettant de déroger à cette interdiction dans l’attente d’une solution.

Dans le même temps, l’interprofession de la betterave et du sucre (AIBS) s’engage à remettre un plan de transition vers une culture sans néonicotinoïdes à l’horizon 2024 au plus tard. Il s’agit de cibler l’usage de ces insecticides, pour lesquels le gouvernement souhaite des dérogations en betterave lors des trois ans à venir, et prévenir leur impact sur les pollinisateurs, selon un communiqué.

Jean-Philippe Garnot, président de l’interprofession, a détaillé ce plan à la députée. 

Celui-ci se compose de différents axes : réduction de 25  % de la dose des néonicotinoïdes utilisés en enrobage de semences, restriction de leur utilisation à une seule année par parcelle sur 2021-2023, mise en place de fermes pilotes en conditions réelles d'exploitation sur 500 hectares dès 2021 (1  000 hectares en 2023) afin de démontrer les résultats de la recherche et les innovations, implantation de cultures non mellifères après la betterave, implantation de 4  000 hectares de nouvelles surfaces de plantes mellifères sur l’ensemble des exploitations betteravières d’ici à 2023, constituant un habitat pour les abeilles et les insectes auxiliaires.

La secrétaire générale de la FDSEA 77, Laurence Fournier, a également évoqué l’ambiguïté des sujets couverts par le Rip. 

Elle a appelé à ne pas le signer face aux conséquences néfastes sur l'élevage qui en découleraient. Ses attaques sur l’élevage et la chasse, les deux piliers de la ruralité, ne sont pas comprises. « Signer le Rip revient à rejeter tous les efforts faits », a-t-elle souligné.

Les rencontres se sont poursuivies tout au long de la semaine. Que ce soit avec Michèle ­Peyron, Jean-Louis Thiériot, Sylvie Bouchet-Bellecourt et Patricia Lemoine (voir photos), les échanges ont été constructifs pour les différentes parties.

Laurence Goudet-Dupuis

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages