Saint-Denis  : une ferme ouverte sur les dernières terres maraîchères

par Laure Sauvage, mis à jour à 15:28
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Saint-Denis  : une ferme ouverte sur les dernières terres maraîchères

Après le départ en retraite du dernier maraîcher de Saint-Denis, René Kersanté, les Fermes de Gally ont repris l’exploitation transformée en « ferme ouverte ».

Quatre hectares. Quatre petits hectares de terres maraîchères qui ont résisté depuis toujours aux assauts de l'urbanisation et qui, aujourd'hui, voient leur vocation agricole perdurer et même se consolider.

Le décor y est insolite. Au cœur du département de la Seine-Saint-Denis, les champs offrent un panorama imprenable sur les tours HLM de Saint-Denis d'un côté et le quartier difficile du Clos Saint-Lazare de Stains de l'autre.

C'est là que la famille Kersanté s'est installée à la fin du XIXe siècle. La grand-mère d'abord, venue de Bretagne, puis les parents de René, avant que lui-même ne reprenne l'exploitation. Le dernier maraîcher du département a pris sa retraite en 2017.

À son départ, la ville de Saint-Denis — qui avait acquis les terres en 1980 dans l'idée de les sanctuariser — a lancé un appel d'offres pour la reprise de l'exploitation et ce sont les Fermes de Gally qui ont convaincu avec un projet de « ferme ouverte ».

Aujourd'hui, après dix-huit mois de travaux, le site vient d'ouvrir au public. Le propriétaire et cogérant des Fermes de Gally, Xavier Laureau, y a imaginé une ferme conjuguant production et pédagogie. « L'objectif était de pérenniser cet héritage agricole exceptionnel en créant une ferme pédagogique, productive et ouverte sur les quartiers défavorisés qui la jouxtent, explique-t-il. Nous avons signé un bail agricole de vingt-cinq ans avec la mairie ».

Pour faire renaître l'exploitation maraîchère, Xavier Laureau s'est donné quatre objectifs  : produire, vendre, accueillir et transmettre.

« Sur les 3,7 hectares, deux restent en production, souligne le propriétaire des Fermes de Gally. Les fruits et légumes produits seront vendus sur place à la population du quartier grâce à la boutique que nous avons créée. René Kersanté était quasiment en monoculture de salades. Nous avons changé le modèle, nous produirons une diversité de légumes, un verger a été planté et des serres ont été construites pour les cultures en hydroponie et hors-sol. Nous voulons montrer la diversité des modes de production et ne pas les opposer. »

Le bâti de la ferme a également connu de profondes transformations pour accueillir les scolaires, mais aussi les familles et les entreprises.

Le public y découvrira une exposition d'outils et de matériels anciens — issus de la ferme mais aussi de l'exceptionnelle collection de la ville de La Courneuve —, ainsi qu'une photothèque et une filmographie exceptionnelles directement issues des archives de la famille Kersanté. Les anciens frigos ont eux été transformés en ateliers pratiques sur les thèmes du pain, du beurre et du jus de pomme.

Enfin, Xavier Laureau rêve que cette ferme suscite des vocations parmi la population.

« L'agriculture peine à séduire et à recruter. Les formations sont absentes ou désertes. On ne peut pas imaginer que produire devienne un gros mot et que le maraîchage n'ait plus de main-d'œuvre. Dans ce territoire où le taux de chômage est important, j'espère que la ferme pourra susciter l'intérêt, accueillir des stagiaires et remettre ces jeunes dans la voie du travail. C'est un engagement citoyen, le métier a besoin de bras. » À cet effet, cinq logements de la ferme ont d'ailleurs été rénovés pour accueillir les futurs stagiaires.

Dans la plaine, un circuit de visite a été imaginé pour le public.

Il y découvrira les productions mais aussi l'ensemble des techniques de production maraîchère qui ont été pratiquées ces dernières décennies. Les couches chaudes, les châssis parisiens ou nantais, les couches froides, les cloches que les maraîchers utilisaient par milliers, les rails Decauville, les bâches du tissu P17 dit « voile de mariée », la désinfection à la vapeur…

Le voyage dans le temps est assuré au cœur de cette exploitation qui a produit jusqu'à 500 000 salades par an et employé quarante personnes.

Marine Guillaume

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages