Saint-Pierre : grandeur et nuée ardente

par Laure Sauvage, mis à jour à 03:22
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Saint-Pierre : grandeur et nuée ardente

En 1902 a eu lieu en Martinique l’éruption volcanique la plus meurtrière du XXe siècle. Elle a soufflé en quelques minutes Saint-Pierre, florissante cité coloniale.

En 1635, le corsaire Pierre Belain d'Esnambuc débarque au nord de la Martinique et y implante les bases de la colonisation des Antilles par la France, au pied de la montagne Pelée. Celle que les Indiens caraïbes appelaient «  montagne de feu  » avant que les colons les déciment et les chassent de l’île.

Le commerce des esclaves et l’industrie (tabac, cacao, coton, café, puis sucre et rhum) permettent à Fort Saint-Pierre de prendre son essor.

Une riche bourgeoisie se constitue, avec elle arrivent maisons cossues, routes pavées, tramway, éclairage électrique.

À l’aube du XXe siècle, Saint-Pierre est la capitale économique et culturelle des Antilles.

Le 8 mai 1902, la montagne Pelée entre en éruption. Elle lançait des signaux depuis janvier — violentes coulées de boue, pluies de cendres, tsunamis — mais les autorités voulaient maintenir le second tour des élections législatives et n’avaient pas pris de mesures d’évacuation.

Au petit matin, le volcan expulse un nuage brûlant de gaz et de roches, qui déferle sur Saint-Pierre. C’est ce que les volcanologues appelleront, à partir de cette date, une «  nuée ardente  », typique des éruptions explosives.

En quelques minutes, les 28  000 habitants périssent, les navires sombrent, la ville est détruite. C’en est fini du «  Petit Paris  », de la «  Venise tropicale  », de la «  Perle des Antilles  ».

Elle renaîtra peu à peu de ses cendres à partir des années 20, mais l’économie ne redécollera jamais vraiment.

Quand on s’y promène aujourd’hui, un léger parfum de spleen flotte dans les rues de Saint-Pierre. Çà et là, des bâtiments colorés rappellent le passé colonial de la ville, et des ruines noires font surgir le souvenir de la catastrophe  : le théâtre, l’église, le cachot du prisonnier Cyparis, l’un des rares rescapés.

Elles tranchent singulièrement avec le bleu turquoise de la baie, où oscillent doucement bateaux de pêche et de plaisance.

Laure Sauvage

Photo : Saint-Pierre après l'éruption du 8 mai 1902, carte postale Le Boultanger, 1902

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages