Sainte-Cécile, un lycée agricole qui prépare aux concours du sanitaire et social

par Estelle Bescond, mis à jour à 14:34
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Sainte-Cécile, un lycée agricole qui prépare aux concours du sanitaire et social

Le lycée agricole et professionnel Sainte-Cécile, à Montoire-sur-le-Loir (Loir-et-Cher) propose, via son centre de formation (CFPC), des formations aux métiers du sanitaire et social ou encore une préparation aux concours (infirmier, éducateur spécialisé, aide-soignant…).

« Y avait-il un plan dans sa présentation ? » demande la formatrice, Emmanuelle Bourreau, aux vingt jeunes présents dans la salle. Un échange s’installe entre eux, les points positifs et négatifs de l’exposé d’une jeune fille sont mis en évidence et des conseils sont donnés. Ces étudiants, ou jeunes bacheliers pour la plupart, préparent les concours pour devenir qui infirmiers, qui aide-soignants, qui éducateurs spécialisés et pour jeunes enfants, qui assistants sociaux, qui encore moniteurs éducateurs ou auxiliaires de puériculture. « C’est très bien d’avoir fait référence à un téléfilm que tu as vu. En revanche, sois plus précise quand tu réponds à la question de ta motivation pour pratiquer ce métier, c’est là que se fera la différence », conseille Emmanuelle Bourreau.

Ce mardi 27 janvier, les élèves du Centre de formation professionnelle continue (CFPC) — une structure appartenant au lycée d’enseignement agricole et professionnel Sainte-Cécile à Montoire-sur-le-Loir (Loir-et-Cher) et dépendant du Conseil national de l’enseignement agricole privé (CNEAP) — s’entraînent donc à l’oral de leur concours. Ils ont dix minutes pour répondre à un sujet et passent devant un jury fictif composé de deux jeunes de la classe. La préparation aux concours s’effectue de septembre à mars, trois jours par semaine. Neuf semaines de stages sont organisées pendant cette période afin que les jeunes découvrent le monde professionnel et soient confortés dans leur projet.

« J’ai fait un stage en maternité en tant qu’auxiliaire de puériculture. Je ne connaissais pas cet aspect du métier et ça m’a beaucoup plu. En revanche, il y a une personne de la classe qui n’a pas aimé son premier stage en octobre et qui a abandonné la préparation », confie Aurore, une jeune femme de vingt-et-un ans, un CAP petite enfance en poche. Chaque année, le lycée accompagne un groupe de vingt jeunes sur les six concours. « Nous appliquons une pédagogie active : nous faisons des études de cas concrets et individualisons la formation en fonction des besoins de chacun », précise Valérie Bouttier, responsable du CFPC. Deux formateurs principaux gèrent cette classe et des professionnels du secteur réalisent des cours en vacation. 

Les cours théoriques sont mis à disposition sur Internet et aucun cours magistral n’est donné en classe. « Au début de l’année, on s’entraînait aux tests psychotechniques et d’actualité, on faisait des mathématiques. Maintenant que nous avons les bases et que les examens approchent, nous faisons des tests chronométrés, des exercices de confiance en soi », explique Gaëlle, dix-neuf ans. Cette dernière a tenté le concours d’infirmier en 2014 sans suivre de préparation. Aujourd’hui, elle apprécie le suivi personnalisé de cette formation, l’autonomie dans le travail, l’entraînement à l’oral et les stages. 

Le lycée propose un CAP petite enfance en huit mois mais aussi des formations développées avec la région Centre : métiers du sanitaire et du social (agent de service hospitalier, assistant de vie aux familles…), surveillant visiteur de nuit, un BTS économie sociale et familiale en formation continue pour adultes et un diplôme d’état d’aide-soignant. Il existe également une formation assistante maternelle ou aide à domicile, une formation salariés structures sanitaires et sociales et une formation de surveillant de nuit qualifié et maître et maîtresse de maison.

Le site web du lycée Sainte-Cécile est ici.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages