Sécheresse, le nouveau stress

par Doriane Mantez, mis à jour à 12:08
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Sécheresse, le nouveau stress

Réunie en session le 10 septembre, la chambre d'Agriculture de Loir-et-Cher a voté plusieurs motions pour soutenir les agriculteurs et interpeller les pouvoirs publics.

La chambre d’Agriculture de Loir-et-Cher (CA 41) s’est réunie en session ordinaire pour passer en revue l’ensemble des sujets d’actualité lundi 10 septembre à Blois.

Sous la présidence de Philippe Noyau, la grande majorité des sujets qui touchent directement le secteur agricole ont été discutés et remis sur papier, sous forme de motions, dans le but de faire réagir l’État sur la situation difficile des agriculteurs.

« Aujourd’hui nous devons chercher des solutions alternatives, a affirmé Philippe Noyau. La sécheresse qui nous touche depuis cet été est un motif supplémentaire. »

2018 est encore une année agricole difficile économiquement pour l’ensemble des exploitations agricoles : difficultés d’implantation des colzas, retard pris dans l’instruction et le règlement des Maec. La sécheresse estivale, qui touche le département depuis la mi-juillet, n'arrange en rien la situation.

« Elle a des conséquences directes sur l’affouragement des troupeaux, principalement pour les systèmes herbagers. S’il ne pleut pas avant la période de froid, l’herbe va rester de la paillasse et nous allons perdre jusqu’à 40 % des surfaces fourragères, a souligné Arnaud Bessé, vice-président. Il est aujourd’hui nécessaire d’accompagner l’évolution des pratiques et la résilience des entreprises. »

La Chambre est également revenue sur le sujet épineux du glyphosate, rappelant qu’Emmanuel Macron maintient son souhait d’interdire son utilisation d’ici à 2021 (bien que la mesure ne figure pas dans la loi Agriculture et alimentation). Pour Philippe Noyau : « Il faut maintenir l’utilisation raisonnée du glyphosate au-delà de ces trois ans. La Chambre et les agriculteurs sont sur le coup pour trouver des solutions alternatives qui diminueraient le nombre d’interventions ».

Selon Arnaud Bessé, « en l’état des connaissances et des pratiques actuelles, les solutions alternatives à l’utilisation du glyphosate sont onéreuses économiquement, impactantes pour l’environnement, et réduiraient significativement la biodiversité ».

Quant au cuivre, approuvé au niveau européen jusqu’en janvier 2019, le renouvellement de son homologation pose des questions qui inquiètent le monde agricole.

« Il faut que l’autorisation d’utilisation du cuivre soit renouvelée. L’agriculture biologique, mais aussi conventionnelle, en a besoin contre les maladies fongiques et cryptogamiques », a appuyé le président, soutenu par son vice-président : « En Loir-et-Cher les professionnels sont passés de 40 kg par an et par hectare à des doses raisonnées : entre 4 kg et 6 kg. Il faut que les moyens financiers soient mobilisés par l’État pour permettre des travaux de recherche de développement afin de concilier la protection des vignobles et l’objectif de maîtrise globale de l’utilisation des produits phytosanitaires ».

La séance s’est clôturée autour de la problématique du coût du travail et notamment la fin des exonérations des charges sociales sur les contrats des travailleurs occasionnels. « L’emploi des travailleurs saisonniers est indispensable dans les exploitations agricoles, a clamé Philippe Noyau. En France, l’emploi coûte environ 20 % plus cher qu’en Espagne et 30 % plus cher qu’en Allemagne. Ce n’est pas normal. Il faut que les charges soient les mêmes partout en Europe. »

Dans sa motion, la Chambre dénonce la suppression du CICE (Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi) et du dispositif Tode (Travailleur occasionnel demandeur d’emploi) annoncée par le Gouvernement dans le projet de loi de finances et demande un allègement du coût du travail.

« 25 % des exploitations agricoles du département sont plus ou moins concernées par ces deux suppressions », a précisé Arnaud Bessé. Philippe Noyau a calculé « qu’un exploitant agricole devra débourser environ 240 euros de plus chaque mois pour un salarié à temps plein ».

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages