Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Solidarité avec les éleveurs laitiers

par Chloé Cartier-Santino, mis à jour à 14:24
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Solidarité avec les éleveurs laitiers

À l’appel de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs, une centaine d’éleveurs laitiers et d'agriculteurs d’autres filières du Loir-et-Cher, mais aussi de l’Eure-et-Loir et de l’Indre, s'est rassemblée vendredi 26 août, dans la soirée, devant l’entreprise Bel située à Vendôme.

Le rendez-vous était donné vers 20h devant Bel, à Vendôme. Une action symbolique, dans le calme, avec quelques tracteurs pour boucher le boulevard de l’Industrie où se situe l’entreprise.

« Ça nous a fait chaud au cœur, ce qui se passe à Laval, donc on ne pouvait pas rester sans rien faire », explique Alexis Descamps, éleveur laitier à Savigny-sur-Braye, adhérent FDSEA 41 et de l’Association des producteurs de lait du Perche. En effet, il s’agissait surtout de montrer le soutien de la région Centre Val-de-Loire avec les agriculteurs qui bloquent le siège de Lactalis à Laval.

Environ cent agriculteurs, éleveurs laitiers ou non, de Loir-et-Cher, de l’Eure-et-Loir et de l’Indre, ont répondu présent.

« Ce soir, on est là pour le lait mais l’été est très compliqué, voire catastrophique pour certaines exploitations, espérons qu’il n’y aura pas de drame, c’est toute ma crainte », a rappelé Didier Delory, secrétaire général de la FDSEA 41, avant d’ajouter : « Cette année, on a besoin de se serrer les coudes, d’une solidarité entre nous et il faut la maintenir. »

En effet, au-delà de la crise du lait, c’est l’ensemble du monde agricole qui souffre. « On est à un tournant de générations, si on n’arrête pas cette crise, on ne va plus installer d’éleveurs », a insisté Alexis Descamps.

Un sentiment partagé par Camille Lecomte, président des Jeunes agriculteurs de Loir-et-Cher : « Les jeunes ont des capacités d’investissement et des ressources limitées, il faut qu’une production soit payée à son juste prix pour trouver un équilibre. »

Côté pouvoirs publics, Claire Foucher-Maupetit, conseillère départementale de Montoire-sur-le-Loir, était présente. « Vous avez tout le soutien du président Maurice Leroy qui a de nouveau contacté le préfet de Loir-et-Cher pour demander la reconnaissance de l’état de calamité agricole pour notre département », a-t-elle rapporté.

Puis, en fin de soirée, Éric Abraham, responsable de la collecte à Bel, est venu échanger avec les agriculteurs. « Le groupe Bel a des marques qui se portent bien et d’autres sur lesquelles nous rencontrons des difficultés, donc si on applique un prix plus élevé, demain on arrêtera la production de certains produits et on collectera moins de lait », a-t-il expliqué.

Il s’est également dit « attentif aux négociations avec Lactalis ».

En revanche, les éleveurs qui fournissent du lait à l'entreprise ont manifesté leur besoin d’une augmentation du prix payé par Bel en fonction de celle de Lactalis. Le représentant de l’entreprise a indiqué qu’il transmettrait cette revendication mais qu’il était « impossible de payer 300 € la tonne de lait ».

Les échanges sont restés cordiaux mais la colère gronde et le ton pourrait monter dans les prochaines semaines.

Quelques chiffres : les éleveurs laitiers en région Centre Val-de-Loire produisent en moyenne 443 000 litres par an (28 % de plus que la moyenne nationale). Il y a environ 980 producteurs de lait, quatre laiteries basées dans la région et onze qui collectent sur le territoire. En ce moment, Lactalis propose comme prix de base 262,12 € les mille litres de lait contre 352,32 € en juillet 2015. Une baisse expliquée par un déséquilibre du marché et une surproduction mondiale. Le prix de production moyen est estimé à environ 350 € pour mille litres.
Mise à jour le 31 août : un accord sur les prix entre Lactalis et les producteurs a finalement été trouvé mardi 30 août, lors d'une troisième session de négociations.
Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



L'ACTUALITÉ EN VIDÉO
Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !

  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages