Stéphane Garnier, luthier

par Marine Guillaume, mis à jour à 19:59
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Stéphane Garnier, luthier

Seul luthier de Versailles, Stéphane Garnier est installé dans la rue du Vieux-Versailles à deux pas du célèbre château.

Rencontrer Stéphane Garnier revient à pénétrer dans un univers feutré. Dans son atelier se côtoient violons, altos et violoncelles, qu'il assemble, restaure ou répare... Stéphane Garnier est luthier, le seul de la cité royale qu'est Versailles (Yvelines).

À deux pas du château de Louis XIV, il a fait de sa passion son métier... ou l'inverse. « J'ai commencé à jouer du piano et du violon à l'âge de 7 ans, et à l'adolescence mon professeur m'a demandé si je ne voulais pas devenir professionnel. L'aventure ne me tentait pas mais c'est à ce moment que j'ai découvert le métier de luthier. Je n'étais pas bon élève à l'école, je n'ai d'ailleurs pas mon bac. À 18 ans, je suis parti en Suisse pour intégrer l'école nationale de lutherie », raconte celui qui a été le premier étranger à intégrer l'établissement suisse.

Son diplôme en poche, il enchaîne les petits boulots, « de la menuiserie, maçonnerie, sculpture », avant de regagner Paris où il se fait embaucher chez un luthier de la rue de Rome.

« J'y ai fait mes armes pendant sept ans », se souvient ce père de neuf enfants.

Et puis, en 2000, Stéphane Garnier décide de se lancer à son compte et ouvre un premier atelier à Versailles, rue Berthier. « J'avais conservé mon emploi à Paris trois jours par semaine et je travaillais dans mon atelier trois autres jours, le temps de faire ma clientèle. »

À ce moment-là, cela faisait une vingtaine d'années que la cité royale n'avait pas vu de luthier en son sein. « Il a fallu le temps de faire ma clientèle », souligne celui qui joue encore régulièrement du violoncelle.

« Mon patron parisien n'y croyait pas et m'a laissé partir en me disant « Garnier, si cela ne marche pas, je te reprends ». » Mais le succès est au rendez-vous. Le luthier décide de déménager et fait alors l'acquisition d'un atelier dans la rue du Vieux-Versailles.

Dans son atelier aujourd'hui, les enfants comme les adultes se pressent pour trouver l'instrument parfait, à la vente ou en location.

Ces dernières années, Stéphane Garnier a également créé son propre atelier de fabrication dans sa maison familiale de Corrèze.

Du choix du bois aux finitions du vernis en passant par le dessin de l'instrument, il gère ainsi toutes les étapes de création. Une corde de plus à son arc.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages