Sucrerie Lesaffre : prix minimum garanti de 24 euros/tonne

par Laure Sauvage, mis à jour à 18:53
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Sucrerie Lesaffre : prix minimum garanti de 24 euros/tonne

Une réunion de présentation des conditions d’achat des betteraves par la sucrerie Lesaffre de Nangis en 2020, 2021 et 2022 était organisée le 18 juin.


Informer les planteurs des nouvelles conditions d’achat des betteraves négociées avec les représentants des planteurs de la Commission répartition de la valeur (CRV) de la sucrerie Lesaffre de Nangis pour les récoltes 2020, 2021 et 2022, tel était le but d’une réunion organisée mardi 18 juin à Nangis.

Le secteur du sucre traverse une crise majeure, avec aujourd’hui un prix moyen à l’export de 280 euros/tonne (210 euros/tonne Fob), soit un équivalent de 19,49 euros/tonne de betteraves, pulpes incluses.

À Nangis, l’accord en CRV de 2017, garantissant un prix de 27,10 euros/tonnes, a été respecté. «  Si cela a garanti la surface, l’amortissement de la crise est entièrement supporté par l’industriel. Toutefois, si on n'y croyait pas, nous n’investirions pas dans cet outil  », a rappelé le président de la sucrerie, Cyril Lesaffre. C’est dans ce contexte qu’a été renégociée la composition du prix proposé aux planteurs. Si des éléments restent inchangés (barème richesse, mode de calcul du prix du sucre de référence, protocole tare terre, fonds d’amélioration, trois contrats annuels — chaque campagne étant contractualisée indépendamment), d’autres changent pour composer un système qui s’emboîte.

Tout d’abord, le rendement prévisionnel sera plafonné à 108  % de la moyenne individuelle, dans l’objectif de sécuriser l’approvisionnement et éviter la sur-contractualisation. Ainsi, le prix des betteraves contractualisées pour 2020, 2021, et 2022 sera un prix minimum de 24 euros/tonne.

Toutefois, si le prix mondial atteint une fourchette comprise entre 350 et 404 euros/tonne, ce prix montera à 26,50 euros/tonne et au dessus à 450 euros, il augmentera de nouveau.

Chaque planteur pourra arbitrer ou non son prix vers deux options plus risquées (prix de marché ou prix mixte). Ce prix sera réglé en quatre étapes  : 12 euros au 30 novembre de l’année N (celle de la récolte) pour tous, 6 euros au 30 janvier N+1, 6 euros au 31 mars N+1 et des compléments éventuels au 31 décembre de l’année N+1.

Nouveauté  : les betteraves excédentaires seront payées au prix du sucre moyen moins les frais d’export et supplémentaires. Les paiements interviendront en janvier et juin de l’année N+1. Enfin, trois nouveaux compléments de prix cumulables sont instaurés  : un complément individuel de 0,5 euro/tonne à 16° si le planteur contractualise son tonnage moyen livré en 2017, 2018 et 2019, si 92  % du contrat sont livrés et si sa surface est au moins égale à la surface contractée  ; un complément de prix collectif de 0,5 euros/tonne payé à tous si le prix du sucre moyen constaté est supérieur à 404 euros/tonne et si le tonnage livré à la sucrerie est supérieur à 780 000 tonnes  ; et un complément CRV (selon le tonnage livré, la CRV se réserve la possibilité de déterminer des compléments de prix supérieur).

Enfin, les indemnités pour arrachages précoces ou tardifs seront ajustées. Les planteurs* recevront prochainement ces informations accompagnées de leur rendement individualisé et d’une enquête sur leur volonté, l’objectif étant qu'ils aient les contrats définitifs avant la campagne 2019. Comme le souligne Jean-Philippe Garnot, président de la CRV  : «  Le fabricant fait confiance à ses planteurs et inversement. L’intérêt général est privilégié. Il est important de savoir ce qui va se passer avant de semer  ».

*Les équipes de la sucrerie et de la CGB Île-de-France sont à la disposition des planteurs pour les aider à remplir le formulaire.

Laurence Goudet-Dupuis

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages