Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Techniques culturales simplifiées : innover pour le bien-être du sol

par Estelle Bescond, mis à jour à 10:41
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Techniques culturales simplifiées : innover pour le bien-être du sol

Le 13 novembre, dans le cadre de la dixième édition de Ferme expo à Tours (Indre-et-Loire), une conférence sur les techniques culturales simplifiées a été animée par Frédéric Thomas, agriculteur en Sologne.

« Il faut qu’on se lâche. » Frédéric Thomas, agriculteur dans le sud du Loir-et-Cher, observe régulièrement sa parcelle de repousse de colza dans laquelle il y avait des vesces. « Je la laisse jusqu’au printemps : si ça me convient, elle deviendra un colza, sinon un couvert. »

Ce céréalier pratique l’agriculture de conservation depuis vingt-cinq ans dans les terres difficiles de Sologne. Cette méthode a pour but de remettre l’agronomie au cœur du travail : minimiser les intrants tout en maintenant un revenu.

« En quelque sorte, je considère que c’est une chance d’avoir eu une exploitation dans un milieu défavorisé car ça a été plus simple pour moi de reconsidérer le sol et de penser autrement dès le départ. Il faut accepter de se retrousser les manches et de jouer avec des systèmes compliqués », témoigne l’agriculteur lors d’une conférence sur les techniques culturales simplifiées organisée par le réseau Cuma et la chambre d’Agriculture d’Indre-et-Loire, le 13 novembre à Ferme expo, à Tours (Indre-et-Loire).

Au fil des années et des voyages, en France et à l’étranger, Frédéric Thomas a constaté l’efficacité de cette pratique culturale : « Avec un rendement de maïs de 120 quintaux par hectare aux États-Unis, avec zéro unité d’azote, sans irrigation ni travail du sol, on peut supposer que le sol va bien. »

Chez lui, il a aussi évalué l’évolution du sol en prenant des photographies campagne après campagne et en comparant sa parcelle en semis direct sous couvert à celle de son voisin. « Au bout de six ans de pratique, mes sols géraient mieux l’eau, nous avons approfondi les réserves. »

Tout ce travail ne s’est pas fait en un claquement de doigts. Il a fallu du temps, des essais, des échecs — car selon lui, « la réussite ou l’échec d’un couvert tient aux détails » —, et surtout de la persévérance.

Son but était, et est toujours, de préserver la matière organique, développer l’activité biologique des sols et aller vers des couverts imposants.

Dès le départ, le compost lui a permis de gagner de la matière organique, d’aller chercher les oligoéléments et de maintenir le PH.

Après avoir mis en place ses mélanges de couverts, ses rotations, ses expérimentations sur maïs notamment, ou encore sa technique de pré-traçage d’un sillon, l’agriculteur s’est lancé dans la réintroduction d’élevage avec la brebis solognote. « Avec un couvert diversifié, bénéfique pour le sol, on laisse aussi le choix du menu aux moutons. Le plus difficile est de gérer les parcs électriques », précise Frédéric Thomas.

Ce dernier ne se donne aucune limite et cherche constamment à améliorer ses pratiques.

Cela passe par des rencontres — dans les Landes, certains utilisent des canards pour le désherbage d’une parcelle de maïs —, le travail en commun avec d’autres agriculteurs au sein du groupe « techniques culturales innovantes » suivi par un conseiller de la chambre d’Agriculture de Loir-et-Cher, par les Cuma et le nouveau matériel (l’utilisation du strip-till, par exemple) mais aussi par une philosophie bien pensée : « Il faut se gratter la tête plutôt que la terre. »

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



L'ACTUALITÉ EN VIDÉO
Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !

  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages