Thierry Desforges : « Quand le vrai luxe devient le ''manger local'' »

par Laure Sauvage, mis à jour à 15:21
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Thierry Desforges : « Quand le vrai luxe devient le ''manger local'' »

Agriculteur à Itteville (Essonne), Thierry Desforges est administrateur de la FDSEA Île-de-France.

« La première fois que le monde entier a entendu le mot ''coronavirus'', il ne s’attendait probablement pas à ce qu’il représente le déclencheur du basculement.

Il y a pourtant bien longtemps que les bulles financières menaçaient d’éclater, que les relations commerciales ne s’équilibraient plus entre ''ceux qui font'' et ''ceux qui pensent'', que les politiques n’avaient plus le pouvoir d’anticiper mais seulement de réagir. Le physicien et prospectiviste Marc Halévy l’annonçait pourtant depuis plus de dix ans  : la fin d’un cycle était latente.

Dans ce nouveau monde, sur lequel nous ouvrons progressivement les yeux, les besoins de première nécessité ont changé. Exit le week-end à Cabourg, exit aussi le cinéma du vendredi soir…

Le vrai luxe, c’est de manger local. Pour le monde agricole, cela peut sembler à première vue être une opportunité, mais est-ce vraiment le cas  ? Après avoir bafoué depuis deux ans les accords Egalim, les acteurs de la GMS communiquent à tout va sur ''l’origine France, à petit prix''  ! Pendant ce temps-là, ils augmentent de 40  % le prix des pâtes, ils continuent de vendre de l’agneau néo-zélandais et ils se gardent bien de signer des accords de distribution pérennes avec les producteurs locaux qu’ils sollicitent.

Ne soyons pas dupes, la bienveillance n’est que de rente et de façade. Nous saurons nous rappeler, le moment venu, ce que les filières d’excellence FR ont sacrifié dans cette crise, et combien les GMS sont redevables aux agriculteurs.

Pour le moment, dans le contexte actuel, les réponses doivent être locales. Organisons-nous pour apporter aux consommateurs la qualité et la transparence de nos filières.

Ouvrons les portes de nos fermes (en respectant les gestes barrières), utilisons les réseaux sociaux pour communiquer sur notre métier, nos produits, nos réseaux de distribution, notre solidarité. L’agriculture francilienne est le poumon nourricier de 12 millions d’habitants, ne l’oublions pas  !

Prenez soin de vous… »

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages