Tour de plaine : vers un scénario catastrophe ?

par Laure Sauvage, mis à jour à 21:16
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Tour de plaine : vers un scénario catastrophe ?

Nous avons effectué un tour de plaine « virtuel » le 20 avril, avec les conseillères de la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir, Pauline Levitre et Patricia Huet et l'élu en charge de l'agronomie et du conseil, Éric Maisons.

La campagne a mal commencé et cela ne s'arrange pas... Aux incessantes pluies hivernales succède une sécheresse dont on ne voit pas le bout.

« Le maître-mot pour les cultures d'hiver, c'est l'hétérogénéité. Elle est partout. Dans le département, de très belles parcelles en côtoient d'autres pour lesquelles nous sommes nettement moins optimistes », souligne la conseillère de la Chambre, Pauline Levitre, lors d'un tour de plaine « virtuel » effectué le 20 avril avec sa collègue Patricia Huet et l'élu de la Chambre en charge de l'agronomie et du conseil, Éric Maisons.

Selon lui, ces soucis se concentrent surtout sur ce qui a été semé après le 15-20 octobre : « il y a des endroits où cela va être la catastrophe. Je pense que l'on sous-estime l'état de la récolte. Certains vont faire leur potentiel de rendement et d'autres seulement la moitié. Nous sommes dans le pire scénario envisagé », pointe-t-il.

L'un des éléments qui a posé problème, c'est la fertilisation azotée : « vu les conditions, il y a des difficultés à faire porter l'azote avec l'absence de pluie. La bonne période a été très courte sans compter les soucis d'accès aux parcelles », relève l'agronome Patricia Huet.

Ensuite, c'est l'absence d'hiver qui a été préjudiciable : « nous constatons une forte pression insectes sur toutes les cultures.

Il y a par exemple des problèmes d'altises sur les cultures de lin que l'on n'arrive pas à gérer », note-t-elle. « Avec les altises, nous sommes vraiment sur des impasses qui remettent en cause la culture, ajoute Éric Maisons. Nous arrivons à des abberations, les gens sont passés cinq fois avec des insecticides sans trop de succès... À vouloir trop interdire, on finit par faire plus de mal ».

Autre souci d'actualité, la jaunisse nanisante de l'orge (JNO) : « dans les orges d'hiver semées avant le 15 octobre, il y a plus de jaune que de vert, constate l'élu. Et cela risque de se voir bientôt sur le blé ».

Par ailleurs, des larves de grosses altises et des méligèthes ont été observées sur colza, sur ces dernières les traitements n'ont pas été très efficaces mais le froid les aurait calmées. Des pucerons cendrés ont été vus sur betteraves et sur le feuillage des céréales, sans dégâts constatés sur celles-ci pour le moment mais il est rare d'en voir autant à cette période.

Enfin, sur les cultures de printemps qui parviennent à lever, ce sont les oiseaux qui s'en donnent à cœur joie, secondés par les sangliers en particulier sur les parcelles de pois.

Si l'on se penche sur les cultures, le colza focalise l'attention : « c'est très compliqué, il n'est pas très bien enraciné du fait des excès de pluie et n'a pas connu de repos végétatif. Il a tout le temps poussoté et a donc eu du mal à repartir », relève Patricia Huet.

Un gradient est-ouest est observé avec du retard de floraison dans le Perche par rapport à la Beauce.

Globalement : « on voit peu de belles parcelles », note Pauline Levitre. Il faut dire que dans les sols limoneux, la sécheresse qui a suivi les pluies hivernales a créé une croûte : « c'est du béton et les racines sont dedans. Nous sommes typiquement dans ce que l'on craignait, ça ne respire pas », analyse Éric Maisons.

En blé : « Les semis ont été corrects jusqu'à mi-octobre mais beaucoup ont été faits dans de mauvaises conditions. Cependant, les stades avancent vite au détriment des talles et sont très variables allant de 2-3 nœuds à dernière feuille pointante. Ici aussi, l'épaisseur de la croûte de battance freine le développement dans les parcelles concernées », souligne Pauline Levitre.

Pour sa part, le désherbage est loin d'être satisfaisant partout : « par endroits, ça commence à briller », observe Éric Maisons.

Enfin, tandis que la pluie se fait attendre, les premières irrigations ont débuté en Beauce sur blé ou pour assurer la levée homogène des betteraves et du maïs voire pour pouvoir butter les pommes de terre...

Les peuplements sont plus réguliers en orge d'hiver qu'en blé. La douceur des température accélère la succession des stades. Les parcelles d'orge de printemps semée d'hiver sont moins nombreuses cette année et l'on y constate plus de rhynchosporiose. Celle semée de printemps l'a été dans de bonnes conditions de fin janvier à mars. Les levées sont parfois plus irrégulières dans les situations motteuses et sèches. La surface est plus importante, cette culture ayant servi à remplacer des colzas mal levés ou du blé non semé à l'automne.

Quant au maïs, les semis sont terminés en Beauce et dans le Faux Perche après plusieurs passages de herse rotative, les semis de maïs ensilage vont débuter.

Hervé Colin

Et en bio ?
La situation n'est pas meilleure en bio qu'en conventionnel : « les semis d'automne se font normalement plus tard, explique Pauline Levitre. En céréales et protéagineux ils ont été parfois fortement décalés et réalisés dans de mauvaises conditions. Comme ailleurs, les emblavements d'automne ont du être remplacés par des cultures de printemps. Et sur des sols refermés en surface, les interventions de désherbage mécanique sont particulièrement difficiles, les outils ont du mal à rentrer, ça part en plaque et ça arrache tout... »

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages