« Transmettre le flambeau »

par Laure Sauvage, mis à jour à 15:33
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
« Transmettre le flambeau »

Jean-Pierre Lecourt préside la Cuma des Templiers (Loir-et-Cher) depuis un quart de siècle. Il évoque l’histoire et les projets de la coopérative.

Horizons  : Pouvez-vous nous présenter votre Cuma en quelques mots  ?

Jean-Pierre Lecourt  : La Cuma existe depuis 1994 et compte vingt-cinq adhérents. Nous sommes implantés à Arville (commune déléguée de Couëtron-au-Perche, NDLR). Nos principaux matériels sont les suivants  : deux tonnes à lisier, deux épandeurs à fumier, une mini-pelle, un semoir à maïs six-rangs, un tracteur avec une épareuse, un andaineur et trois cover-crops. Notre chiffre d’affaires s’élève à 50  000 euros hors taxes. (…) La coopérative finance 80  % de la valeur du matériel lors de l’achat. Les 20  % restants sont constitués de parts sociales. Selon les matériels, celles-ci dépendent des mètres cubes, des unités ou des surfaces engagées. Ainsi, pour les tonnes à lisier, nous avons engagé 30  000 m3. Ces deux matériels sont utilisés par une dizaine d’agriculteurs. Personnellement, j’ai engagé 7  000 m3. D’autres éleveurs, en fonction de la taille de leur structure, ont engagé 1  000 ou 2  000 m3. Le coût d’utilisation s’élève à 0,80 euro du mètre cube épandu.

Depuis quand présidez-vous la Cuma  ?

Depuis l’origine  ! Dans un premier temps, nous avons fondé une mutuelle d’entraide. Ensuite, nous avons créé une Cuma. Nous étions quatre ou cinq agriculteurs. Nous faisons à la fois de l’élevage et des céréales. Cela nécessite beaucoup de matériels que nous ne pourrions pas acquérir seuls.

Quels ont été vos derniers investissements  ?

Nous venons d’acquérir deux tonnes à lisier avec rampes d’épandage pour 197  000 euros. La reprise des deux anciens outils a représenté 32  000 euros. En 2019, nous avons également renouvelé deux cover-crops (80  000 euros, NDLR) et l’épareuse (27  000 euros, NDLR).

Qu’est-ce qui vous a poussé à investir dans des tonnes à lisier avec rampes d’épandage  ?

En raison de l’évolution de la réglementation, dans quelques années, nous pourrons difficilement épandre des effluents d’élevage avec des buses palettes. Par ailleurs, les rampes apportent une régularité de l’épandage quand il vente. D’autre part, appliquer un produit au ras du sol élimine les odeurs, permettant d’approcher à cinquante mètres des habitations. Enfin, l’une de nos anciennes tonnes datait de 2002. Elle avait donc beaucoup travaillé.

À terme, prévoyez-vous d’autres investissements  ?

Notre semoir à maïs ayant dix ans, nous devrions le renouveler en 2021.

Quels sont les autres projets de la Cuma  ?

J’approche de l’âge de la retraite. Lors d’une prochaine assemblée générale, je transmettrai le flambeau. Les jeunes doivent prendre des responsabilités  !

Propos recueillis par Olivier Joly

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages