Travailleurs détachés, les règles à respecter

par Laure Sauvage, mis à jour à 11:49
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Travailleurs détachés, les règles à respecter

À la suite d'actions de contrôle contre la fraude au détachement, le préfet de Loir-et-Cher a rappelé les points de vigilance à prendre en considération lors du recours à des travailleurs détachés.

Depuis quelques années, le recours à la Prestation de service internationale (PSI) connaît une croissance exponentielle dans le département de Loir-et-Cher et a pris des proportions très importantes dans le milieu agricole.

« À ce jour, nous comptons 10 197 travailleurs détachés, dont 85 % sont employés dans le secteur agricole », a annoncé le préfet de Loir-et-Cher, Yves Rousset, lors d’une réunion le 11 juillet.

Bien que le recours à la main-d’œuvre étrangère soit légal, il est important de rappeler que l’exploitant agricole employeur a une épée de Damoclès au dessus de sa tête, l’obligeant à contrôler si ce détachement est conforme à la réglementation. Or, à la suite d’une série de contrôles effectués par l’inspection du travail en 2018 et 2019, il a été constaté que plusieurs exploitations ont recours à des travailleurs détachés employés par des entreprises de travail temporaire étrangères frauduleuses.

Dans la quasi-totalité des cas, ces entreprises n’ont pas été en mesure de fournir le formulaire A1, permettant d’attester que les salariés détachés sont déclarés auprès des organismes sociaux dans leur pays d’origine. « Les exploitants agricoles n’ont aucune garantie que les salariés sont bien déclarés, ce qui entraîne une grande insécurité juridique et peut être constitutif également d’une situation de travail illégal par dissimulation de salariés », a alerté Stève Billaud, responsable de la Direccte.

Une procédure pénale a donc été entamée contre ces entreprises pour travail illégal par dissimulation d’activité. « Cette situation a un impact direct sur l’équilibre de notre système de protection sociale compte tenu de l’absence de cotisations sociales versées, et a une incidence fiscale importante », a déclaré Yves Rousset.

Des injonctions ont également été envoyées aux agriculteurs concernés pour leur demander de « mettre fin immédiatement à l’infraction ». Dans ce courrier il est rappelé les solutions qu’ils peuvent mobiliser pour répondre à cette obligation : demander le formulaire A1 à l’entreprise étrangère, recruter en direct des salariés, ou encore recourir au Groupement d’employeurs.

D’après Luc Bonnet, directeur régional adjoint de l’Urssaf, les exploitants concernés « risquent gros » : « On demande aux entreprises temporaires de payer les charges sociales. Comme elles ne le font pas, l’Urssaf va se retourner contre le donneur d’ordre pour qu’il paie les cotisations et même l’amende ». En complément, le préfet a affirmé qu’il n’aura « aucun état d’âme » : « Si les exploitants ne se mettent pas en règle, les mesures nécessaires seront prises pour faire cesser la prestation de détachement chez le donneur d’ordre où l’infraction perdure ».

Conscient des enjeux, Yves Rousset a rappelé que les services de l’État ont engagé un travail avec les représentants du secteur agricole afin de « sensibiliser la profession sur la fraude au détachement, et trouver des solutions alternatives avec pour objectif de diminuer le poids de celui-ci ». Notamment via la création d’un Groupement d’employeurs saisonniers agricoles par la FNSEA 41 et Jeunes agriculteurs, opérationnel depuis novembre 2018.

Doriane Mantez

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages