Un agent de remplacement pour sept éleveurs caprins

par Doriane Mantez, mis à jour à 15:05
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Un agent de remplacement pour sept éleveurs caprins

Âgé de 25 ans, Paul Petibon est agent de remplacement à temps plein au Service de remplacement Jeunes agriculteurs de Loir-et-Cher (SRJA41) depuis avril 2017. Il couvre un rayon de vingt-cinq kilomètres autour de Couddes, soit sept exploitations caprines basées en Loir-et-Cher et en Indre.

Horizons : Comment êtes-vous devenu agent de remplacement ?

Paul Petibon : Plus jeune je voulais travailler avec des animaux et comme beaucoup je pensais à soigneur animalier dans les zoos. Je me suis donc orienté vers un Bap agricole qui m’a permis de rentrer dans le milieu agricole pour au final ne pas en sortir ! J’ai enchaîné avec un bac pro production animale à Fondettes où j’ai découvert l’élevage de chèvres qui m’a tout de suite passionné. J’ai donc finalisé ma formation par une licence professionnelle Développement et valorisation des produits de l'élevage, complétée d’une très bonne expérience « élevage de chèvres et transformation fromagère » sur une exploitation en Indre-et-Loire. N’étant pas issu du milieu agricole, je sentais le besoin de découvrir d’autres élevages pour peaufiner mon projet d’installation. Et coup de chance, il y a un peu plus d’un an, j’ai entendu parler de la création d’un groupe caprin avec le SRJA41 et l’idée d’avoir sept exploitations différentes m’a plu et je me suis lancé dans l’aventure !

Comment se passe l’organisation avec les différents éleveurs ?

Sept éleveurs pour un salarié de remplacement, l’idée peut faire peur ! Mais c’est un groupe uni et dynamique, dans lequel règne une bonne entente, avec beaucoup de dialogue et de très bonnes relations. Au sein de ce groupe je suis un peu le lien, l’agent de remplacement régulier, qui connaît le fonctionnement de chaque exploitation et permet ainsi aux éleveurs de partir plus sereins en formation, réunion, vacances, ou de s’alléger avec certains mandats professionnels et syndicaux ou lors des pics de travail. Pas une exploitation ne se ressemble… C’est vrai qu’au début, ça n’a pas été facile de découvrir sept patrons différents et donc sept façons de travailler, sept systèmes, rythmes de travail, des matériaux de traite différents, des techniques de transformation… C’est la contrainte majeure de ce poste, mais c’est aussi ce qui fait sa richesse car c’est une école de la vie. Il faut être motivé et le point essentiel est la confiance. L’éleveur me fait confiance en me laissant sa ferme, son métier, ses outils et ses bêtes. À moi de lui rendre son exploitation comme il me l’a laissée. Et pour les éleveurs, ce service est une chance d’avoir un salarié en qui ils ont confiance pour venir travailler sur la ferme (en dehors de ses horaires) en cas de problème.

Que vous apporte cette expérience pour la suite ?

Le fait d’avoir sept exploitations différentes à gérer m’a permis d’acquérir de la polyvalence, une certaine ouverture d’esprit et surtout beaucoup d’autonomie. Il y a un vrai apport mutuel, tant sur la technique que sur l’aspect humain. On voit ce qui fonctionne bien chez l’un ou chez l’autre et l’on regarde si c’est possible de le retranscrire, de l’adapter ailleurs… La filière caprine est une filière dynamique qui a eu un peu de mal à se moderniser mais qui a de belles perspectives d’évolution. À terme, mon but est de m’installer, je ne sais pas encore où. Quelques éleveurs vont partir à la retraite d’ici cinq ans… Pourquoi pas reprendre une exploitation du groupe afin de pérenniser un atelier que je connais et qui tourne bien. Depuis que je suis agent de remplacement pour le groupe caprin, je suis content de me lever le matin pour aller m’occuper des chèvres et je dirais que c’est le principal !

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages