Un début de moisson plein de doutes en Eure-et-Loir

par Laure Sauvage, mis à jour à 16:56
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Un début de moisson plein de doutes en Eure-et-Loir

Depuis le 22 juin, la récolte bat son plein en Eure-et-Loir. L'occasion de faire un tour de moissonneuse avec Cyril Lucas, a Charonville.

Ce n'est pas ce qu'ils ont semé mais les agriculteurs euréliens font surtout une belle moisson de doutes en ce début de récolte. Du reste, après les difficultés de semis des céréales d'hiver, puis celles des cultures de printemps, les invasions de ravageurs ou côté météo : des coups de froid, des coups de chaud, trop de sec et des abats d'eau, on le comprend aisément. D'autant que le spectre de 2016 plane encore au-dessus de la plaine...

Pour autant, la moisson est lancée, un moment particulier de la campagne où l'on s'affaire sans attendre, tout en rêvant de la meilleure récolte possible. Celle qui saurait rendre justice à leur travail.

Aussi, pour rendre compte de ce moment, nous rencontrons — par hasard —, Cyril Lucas. Flanqué de son fils et de son oncle, il bat une parcelle d'orge brassicole le 26 juin à Charonville : « C'est de l'Etincel, précise-t-il, mais je ne sais pas vraiment ce que ça donne, ma machine est toute neuve et elle n'est pas étalonnée, d'ailleurs quelqu'un doit venir pour ça tout à l'heure. En tout cas, hier, j'ai battu de la Faro juste en face et ça a donné 76 quintaux, la qualité était bonne ».

Du haut de la cabine de la Claas Lexion 740, toute neuve donc, la parcelle est vraiment belle : « j'ai fait ce qu'il fallait pour que ce soit bien. Ici, les bonnes années, on peut avoir jusqu'à 95 quintaux mais là, on devrait être plus proche de 70, on verra... ».

L'exploitant semble pourtant rassuré : « on entend des gens parler de 50 quintaux, voire moins. Vous devriez allez voir chez quelqu'un qui a de la jaunisse... Donc, si on fait 70 ce sera pas si mal... J'ai 36 hectares d'orges à récolter pour moi et au total 72 avec celles des voisins », sur des parcelles ici et là...

Le confort, le silence et la fraîcheur de la cabine, facilitent la conversation. Sur la commercialisation : « quand le prix est suffisant, à mon avis il faut vendre, sans forcément attendre que cela monte. Cette année, j'ai engagé 50 % de ma récolte mais ce serait risqué d'en engager plus ».

Sur les incendies : « il y a eu cinq ou six départs hier, c'est une préoccupation forcément. Nous avons mis un extincteur dans chaque machine et nous aimerions bien trouver une tonne à eau d'occasion. Mais c'est en hiver qu'il faut s'occuper de ce genre de chose... Je viens de recevoir un mail de la préfecture et de la Chambre qui nous proposent d'être volontaires pour pouvoir intervenir mais je ne sais pas, il faudrait que nous soyons très nombreux... ». L'idée fait son chemin.

Car Cyril Lucas est un agriculteur engagé, dans la vie sociale d'abord : « je suis maire de ma commune, je faisais déjà partie du conseil municipal. Il y a eu une opportunité... Il faut qu'il y ait des agriculteurs dans les mairies », souligne-t-il et ajoute qu'il a été chez Jeunes agriculteurs : « je suis à la Fédé maintenant. Il faut s'engager dans le syndicalisme quand on est agriculteur, on sait à quelles portes frapper, on rencontre du monde et on sait qui on est. Rester seul dans son coin pour un agriculteur, ce n'est pas bon ».

Selon lui : « Nous avons un beau métier mais c'est de plus en plus compliqué. On nous retire nos moyens de production et on voit ce que ça donne maintenant. Et avec tout ce qui est dit dans les médias, les rapports avec les gens sont difficiles. Je pense qu'il faut communiquer avec ses voisins qui ne sont pas agriculteurs. En tout cas c'est ce que j'essaye de faire ».

En attendant, la machine avance, la récolte avec et la trémie se remplit vite : « soit c'est la machine qui est trop grosse, soit les remorques sont trop petites », s'amuse-t-il. Il arrête la moissonneuse au bout de la parcelle, le tracteur revient. Avec son oncle ils se penchent sur le ticket du silo : « Alors ? ». Finalement, ce n'est pas si mauvais...

Hervé Colin

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages