Un début de récolte assez décevant en Centre-Val de Loire

par Laure Sauvage, mis à jour à 19:01
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Un début de récolte assez décevant en Centre-Val de Loire

Les coopératives céréalières annoncent des résultats très hétérogènes, quelle que soit la production. Globalement, c’est un début de récolte très moyen pour les orges et le colza.

Les premiers résultats de moisson sont d'une grande hétérogénéité dans la région Centre-Val de Loire et les rendements souvent en deçà des moyennes… Tour d'horizon de ce début de récolte avec les ­coopératives céréalières.

Caproga

La coopérative agricole des producteurs du Gâtinais a quasiment fini la récolte des orges et colzas, pour lesquels il reste actuellement un peu moins de 10 % des surfaces à couper. Les rendements annoncés en orges d’hiver sur la zone Loiret sont très médiocres. «  Entre 45 et 50 quintaux, soit une baisse de volume de 40 % par rapport à l’année passée », précise son directeur, Sébastien Marty.

Des résultats liés aux conditions climatiques très défavorables. On note un calibrage élevé de 80-85 et un taux de protéines de 10,6 %. « Sur les orges c’est pire que ce que l’on pensait, mais pour le colza c’est peut-être un peu meilleur que ce que l’on avait imaginé, mais ce n'est pas très bon, souligne-t-il. Il est nécessaire de rappeler que nous avons aujourd’hui de gros problèmes dus aux attaques de pucerons, à l’arrêt des néonicotinoïdes et au manque d’efficacité des insecticides de remplacement. La perte de solutions techniques ne permet pas d’assurer des rendements corrects et ça devient plus qu’un problème, c’est une catastrophe ».

Concernant le colza, la Caproga affiche des rendements moyens, avoisinant les 30 quintaux. « Les résultats sont là encore très hétérogènes. Ça va de 10 à 45 quintaux. C’est également décevant… Heureusement, la qualité est tout de même au rendez-vous », détaille Sébastien Marty, qui précise une nouvelle fois que « la pression des altises est de plus en plus forte, avec une résistance aux produits utilisés qui devient très inquiétante ».

Scael

« Ce n'est pas bon du tout, explique le directeur général du groupe coopératif Scael, Jean-­Sébastien Loyer. En orges d'hiver, la moyenne se situe entre 60 et 65 quintaux, mais c'est très très hétérogène, ça va de 20 à 80 quintaux. Sur la partie colza, nous sommes sur 30-32 quintaux de moyenne. C'est correct à certains endroits avec 40 à 45 quintaux, mais ça tombe à 10 quintaux là où les conditions n'ont pas aidé.

Pour certaines exploitations, nous sommes partis sur des résultats similaires à 2016, voire pire. Le seul côté positif c'est qu'il n'y a pas de problème qualitatif. Avec 30 euros de plus sur les prix, ça ira mieux... Mais ce n'est pas qu'un phénomène climatique, le retrait du Gaucho a fait que l'on a mis beaucoup d'insecticides, sans résultat. Ce retrait a fait mettre un genou à terre à l'agriculture. Et le sujet qui va revenir, c'est celui de l'assurance récolte... ».

NatUp

Sur la zone eurélienne du groupe coopératif NatUp, les orges sont quasiment terminées. Pour son responsable territorial, François Barret, « les rendements sont très décevants  ».

Il poursuit : «  Ça décroche dans les terres superficielles et hydromorphes, même drainées. Les résultats vont de médiocre à mauvais avec environ 60 quintaux en moyenne, 55 dans les cailloux et tout ce qui a souffert de la jaunisse tombe à 20-25. Ce qui sauve les meubles, ce sont les bonnes terres à 80 quintaux, mais elles sont rares, et la qualité qui n'a pas été impactée. Maintenant, nous sommes dans les colzas. La fourchette est très large, de 20 à 40 quintaux, plutôt 20 en terres superficielles et là où il y a eu méligèthes et altises, c'est encore moins. Les écarts sont encore plus importants qu'en escourgeons. Ce qui a été semé avant le 15 août s'en sort mieux ».

AgroPithiviers

La coopérative agricole AgroPithiviers a à peine commencé la moisson, avec seulement 3  000 tonnes récoltées sur les 100  000 annuelles. « Nous n'avons même pas rentré 15  % de la récolte, annonce le directeur général, Benjamin Top. Les escourgeons sont estimés à 45 quintaux. C’est le seul élément aujourd’hui chiffrable et mesurable ».

Puiseaux

Pour la coopérative de Puiseaux, la moisson qui s’annonce est « plutôt moyenne, avec des rendements très hétérogènes, quelle que soit la production », commente le dirigeant Jean-Claude Legrand. L’orge d’hiver oscille entre 40 et 85 quintaux et sera sur une moyenne de 60 à 65 quintaux, contre 75 l’an passé.

Le colza, qui est pratiquement récolté en intégralité, affiche des rendements allant de 15 à 45 quintaux et une moyenne à 30-32, contre 35 habituellement. « Le colza est mieux que ce que l’on avait prévu, assure-t-il. Le Poids de mille grains (PMG) est bon et permet une teneur en huile d’environ 46  % ». Jean-Claude Legrand a tenu à souligner que « la commercialisation de la récolte 2020 va être pénalisée par rapport à la consommation 2019, les acheteurs sont aujourd’hui très peu présents sur le marché car ils n’ont pas de besoin pour le moment ».

À ce jour, le prix du blé reste correct et les rendements attendus en Russie et en Ukraine s’annoncent plus faibles que prévus.

Boisseaux

Du côté de la coopérative de Boisseaux, où les colzas sont quasiment terminés, l’hétérogénéité se fait moins ressentir, avec des rendements qui vont de 30 à 45 quintaux. Le rendement moyen est d’ailleurs légèrement supérieur à celui attendu avec un taux d’huile supérieur à 50  %.

« Ce n’est pas une grosse gamelle, mais comme d’habitude rien d’exceptionnel », lance le président, Arnaud Huteau, avant de rappeler : « Nous ne sommes pas comme certaines régions où c’est catastrophique ». Concernant l’orge d’hiver, qui est symbolique dans la coop avec à peine 70 hectares : « 75 quintaux de moyenne. C’est donc encore une fois décevant ! ».

Doriane Mantez et Hervé Colin

Contacté, Antoine Part, responsable communication externe chez Axéréal, a annoncé que la coopérative ne souhaitait pas prendre la parole avant fin juillet «  car c’est pour le moment très hétérogène ».

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages