Un label « Fleurs de France »

par Laurence Dupuis, mis à jour à 10:34
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Un label « Fleurs de France »

Signe de reconnaissance des végétaux produits en France, « Fleurs de France » certifie désormais aux consommateurs l’origine française des bulbes, fleurs, plantes ou arbustes qu’ils achètent.

Ce label, véritable atout pour valoriser la production nationale et répondre aux interrogations des consommateurs sur l’origine des végétaux qu’ils choisissent, a été officiellement lancé le jeudi 21 mai à Rungis par le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll. Un lancement qui a eu lieu peu de temps avant la Fête des mères, date importante pour le marché des fleurs. Pour l’occasion, des représentants du Min de Bordeaux et de Nice avaient fait le déplacement.

Accompagné du président de la Semmaris, Stéphane Layani, et du président de l’interprofession Val’hor qui rassemble cinquante mille entreprises du végétal réparti en neuf familles, Benoît Ganem, le ministre a encouragé les producteurs et grossistes du secteur horticole et décoration à s’impliquer pour valoriser leur entreprise et l’horticulture française.

« Si nous voulons que ce label atteigne ses objectifs, vous devez être vigilants sur le respect du cahier des charges. La haute valeur environnementale doit se traduire auprès des acheteurs. Lorsque vous mettez votre nez dans des fleurs ayant le label, il n’y a que du parfum. »

Au cours de cette opération de communication autour de « Fleurs de France », le ministre est allé à la rencontre des professionnels français — producteurs et grossistes — présents au sein des quatre bâtiments du secteur fleurs et plantes à Rungis et labellisés.

Première étape de sa visite : les établissements Vion à Faremoutiers (Seine-et-Marne), labellisés « Fleurs de France » depuis février. « À ce jour, 289 entreprises françaises sont déjà engagées dans la démarche qui met en avant le patriotisme horticole », souligne Benoît Ganem.

Si le logo tricolore a été dévoilé en octobre dernier, les premiers kits de communication ont été remis en février lors du Salon du végétal à Angers (Maine-et-Loire). La genèse de ce label remonte à décembre 2013 lors d’une visite du ministre de l’Agriculture en famille. À cette époque, le label « Viande de France » était en cours d’élaboration. L’idée de faire de même pour le secteur horticole a alors germé.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages