Un projet de méthanisation bien défendu par deux agriculteurs

par Laure Sauvage, mis à jour à 17:14
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Un projet de méthanisation bien défendu par deux agriculteurs

Sébastien et Thibaut Lefeu sont porteurs d'un projet de méthaniseur sur leur exploitation. À peine ébauché qu'ils étaient obligés de le défendre lors d'une réunion publique à Serville, le 13 novembre.

La salle des fêtes de la commune de Serville est bien garnie en ce 13 novembre. Il faut dire que ce soir-là une réunion publique est organisée au sujet d'un projet de méthaniseur porté par deux agriculteurs du secteur, Sébastien et Thibaut Lefeu.

Et si cette réunion a lieu, c'est qu'une partie de la population a eu vent du projet et qu'une ancienne association locale, l'Acedup*, a été réactivée pour s'y opposer ou pour le moins «  infléchir au mieux le projet  », selon son tract.

Ses adhérents craignent avant tout des nuisances olfactives et des impacts sur le patrimoine.

Ainsi, les deux agriculteurs ont-ils détaillé tous les tenants et aboutissants de leur projet de méthaniseur qu'ils souhaiteraient installer, loin de toute habitation, sur une de leurs parcelles de la commune de ­Marchainville, à un kilomètre du siège de leur exploitation situé à Cherisy. Cette unité de production de méthane serait alimentée uniquement par des Cive**, cultivées en interculture, et des issues de céréales de l'exploitation.

Elle produirait 13 millions de kW par an, injectés dans le réseau de Gedia, partenaire du projet, soit 10  % de la consommation du réseau qui dessert vingt-quatre communes du Drouais.

«  Nous sommes convaincus que c'est un projet vertueux écologiquement et économiquement. Les Cive sont bonnes pour la structure du sol et leur couverture, elles contribuent à diminuer la pollution par les nitrates et nous permettront d'utiliser moins d'herbicides. Le digestat, que nous épandrons sur nos parcelles, est riche en phosphore et en potasse, nous permettant de réduire de 75  % nos amendements chimiques.

Quant aux odeurs, il n'y en aura pas et il n'y aura pas de traversée de village par des camions car tous les intrants proviennent de l'exploitation  », ont-ils argué.

Pour eux, ce projet s'inscrit dans un objectif de neutralité carbone  : «  C'est une économie de trois millions de kilo de CO2 qui permettra à la commune d'avoir un ratio neutre  ». De plus, les deux exploitants prévoient l'embauche de trois salariés et d'autant de saisonniers pour mener à bien leur activité.

À l'issue de cet exposé, le débat s'est engagé et de nombreuses questions ont été posées. Par exemple  : «  Qui va contrôler ce que vous mettez dans le méthaniseur  ?  ». «  Nous n'avons aucun intérêt à y mettre autre chose que ce que l'on produit  », ont-ils souligné précisant qu'il y a des contrôles de la Dreal.

Ou encore  : «  Avez-vous prévu des dédommagements en cas de nuisance constatée par les voisins  ?  ». «  La réglementation autorise à construire ce type d’installation à cinquante mètres d'une habitation. Là nous serons à plus d'1,5 km et il n'y aura pas d'odeur…  »

D'autres ont demandé ensuite s'il y avait un risque d'explosion, il n'y en a pas, ou si le site était classé Seveso, et la réponse est non.

À la fin de la réunion, les deux agriculteurs semblaient rassurés  : «  Les gens cherchent des informations, d'autres ont des inquiétudes et des aprioris. Mais je crois qu'ils ont compris nos arguments. Maintenant nous allons attendre que tout cela mâture. Nous ne voulons rien imposer, juste montrer que le projet est vertueux. Nous trouvons dommage que les gens démontent les choses tout de suite. La planète flambe, il faut faire quelque chose… Le risque pour nous est énorme, les investissements sont conséquents (environ 4 millions d'euros, NDLR). Et nous sommes ancrés sur cette terre depuis sept générations, nous n'avons surtout pas envie de la détériorer  ». CQFD.

Hervé Colin

*Association contre l'établissement d'usine polluante

**Cultures intermédiaires à valorisation énergétique

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages