Un safran d’excellence à La Chapelle-Vicomtesse

par Laure Sauvage, mis à jour à 21:25
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Un safran d’excellence à La Chapelle-Vicomtesse

Le Safran de la Chapelle-Vicomtesse (Loir-et-Cher) a obtenu la médaille d’or au Concours général agricole, à l’occasion du Salon international de l’agriculture. Zoom sur cette exploitation atypique.

« En regardant un reportage à la télévision, nous apprenons que le safran est produit en France, raconte Stéphane Thévenet, du Safran de la Chapelle-­Vicomtesse. Or nous étions dans un changement de vie  ».

Notre interlocuteur était comédien et Fabrice Bauer, conjoint collaborateur, était régisseur dans un conservatoire de musique en Île-de-France. Celui-ci déclare  : «  J’avais réussi ma première carrière. C’était le moment de passer à autre chose  ».

Stéphane, lui, voulait «  quitter le stress de la ville  ». Il ajoute  : «  J’ai grandi à la campagne en Saône-et-Loire  ». De son côté, Fabrice a passé une partie de son enfance à Vendôme.

Après la diffusion du reportage, les deux hommes contactent l’agricultrice qui vient de s’installer dans le Limousin afin d’être formés. Une première session de deux jours a lieu en été lors de la plantation et la seconde se déroule en octobre à la récolte.

Les porteurs de projet complètent leur cursus par une formation à l’Institut supérieur de management et d’entrepreneuriat de Vendôme et reçoivent le prix régional de la création d’entreprise.

«  Sans intrant et au bilan carbone faible, le safran est une production à dimension humaine, commentent, philosophes, nos interlocuteurs. La plante décide de son cycle cultural, nous ne sommes rien. Et quand le stock de produits dérivés est épuisé, il faut attendre l’année suivante pour en ravoir. (…) Nous avions besoin d’une petite surface. Un voisin nous a proposé une parcelle en location et nous avons été bien accueillis par la population  ».

La culture du safran débute par la plantation de bulbes en ­juillet-août. Les fleurs sont récoltées à l’automne. En hiver, les bulbes se multiplient. En mai, la plante entre en dormance. Le désherbage à la bineuse a lieu en été.

Les professionnels expliquent  : «  En octobre, nous cueillons des fleurs tous les matins. Ensuite, nous procédons à l’émondage. Cela consiste à retirer les filaments, qui sont la continuité du pistil. Puis nous faisons sécher les filaments dans un four électrique à basse température. Le filament perd alors 80  % de son poids en eau. Ensuite, le pistil mâture pendant six semaines et devient un safran bon à consommer pour les fêtes  ».

De couleur rouge et légèrement brillant, le produit est conditionné dans un bocal de verre car ce matériau ne dégage aucune odeur.

Un bouchon de liège régule l’hydrométrie et un tissu noir empêche la lumière de passer. «  En effet, la lumière du soleil tue le safran  !  », expliquent les producteurs vicomtois.

Le safran se consomme avec des sauces, des blancs d’œufs, etc. «  C’est un exhausteur de plat  : il rajoute une douceur en bouche  », indiquent nos interlocuteurs. Cela permet de réduire le sucre et le sel.

Produit dérivé, les confitures contiennent plus de 70  % de fruits. Les agriculteurs du Vendômois proposent également deux sauces  : citron safrané et pamplemousse safrané.

Un gramme de safran coûte trente-six euros. Cependant, son utilisation revient à vingt centimes par assiette car il ne faut que trois filaments par portion.

Les intéressés ne nient pas les difficultés que revêt la culture  : «  Le travail est physique. En outre, la récolte étant vendue douze mois plus tard, il faut tenir toute l’année  ».

En sol limoneux, le safran est en terre six ans. Dans des sols plus calcaires, c’est trois ans maximum. «  La descendance s’adapte au sol mais pas au changement d’hémisphère.  »

En 2013, l’entité vicomtoise a reçu le Top tourisme et terroir pour la qualité des visites. Ce prix régional fut suivi de plusieurs médailles au Concours général agricole (CGA), à l’occasion du Salon international de l’agriculture  : argent en 2013, bronze en 2015, or en 2018, 2019 et 2020.

«  La première année, nous avons participé au CGA pour nous rassurer et savoir ce que nous valions par rapport aux autres safranières, expliquent Stéphane Thévenet et Fabrice Bauer. Ensuite, on se prête au jeu et cela devient un défi. La deuxième médaille d’or fut une surprise. Cette année, nous trouvions le safran très beau et nous nous disions qu’il avait toutes ses chances. Obtenir trois médailles d’or consécutives au CGA ne peut pas être le fruit du hasard. Ces distinctions augmentent les ventes. Les clients ont confiance et réservent leur safran avant la récolte de manière à être certains d’en avoir  ».

Nos interlocuteurs projettent de se diversifier dans la production d’hydrolats (eau de rose, etc.) et d’huiles essentielles. «  Nous pourrons tout faire sur place car nous disposons d’une parcelle de 5  000 m2.  »

Un financement participatif via Miimosa sera lancé en avril.

Olivier Joly

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages