Un troupeau de race aubrac au coeur de la Brie

par Laurence Dupuis, mis à jour à 17:03
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Un troupeau de race aubrac au coeur de la Brie

Agricultrice à Limoges-Fourches (Seine-et-Marne) aux côtés de son époux, Stéphanie Roche s’est lancée dans la production de viande bovine de race aubrac.

A Boissise-la-Bertrand, sur les hauteurs de la vallée de la Seine, des bovins de race aubrac profitent des verts pâturages durant deux ans. Dans ce secteur, marqué par une urbanisation galopante et des terres glaiseuses, les prairies permettent de valoriser ces parcelles.

Il s’agit d’un troupeau appartenant à la famille Roche, installée en polyculture élevage à Limoges-Fourches.

« Je voulais proposer une viande différente de celle de mes collègues. Ma grand-mère étant aveyronnaise, j’ai passé mes vacances durant dans mon enfance entourée de ces animaux. Moins lourds que des charolaises, ces bovins ne détruisent pas les terrains. Leurs carcasses, plus légères se valorisent mieux en circuits courts », explique l’agricultrice Stéphanie Roche.

En effet les boeufs et génisses ont des poids carcasses d’environ 400kg et les vaches adultes de 450-460 kg. La viande est également plus rouge.

Si cette race, moins bien conformée que d’autres races, ne plait pas toujours aux bouchers, l’exploitante travaille le gustatif et le persillé.

« Très docile, elle ne pose pas de problème avec le taureau qui est mené à la longe facilement. Cette race est également plus résistante, elle est donc adapté à un système herbe », ajoute l’agricultrice qui ne tarit pas d’éloge sur cette race.

En période hivernale, une ration de foin bio produit localement leur est apportée.

Si le système herbe est privilégié, les bovins reçoivent également des céréales et des graines de lin pour le persillé de la viande, durant deux à six mois lors de l’engraissement. Seule entorse au berceau d’origine, l’écornage vers 2-3 ans.

Les taureaux sont achetés à l’Upra.

Et afin de renouveler la génétique, quelques inséminations sont pratiquées. Au niveau pratique, la date de vêlage est avancée au maximum – décembre-janvier - avec un sevrage qui intervient à 9-10 mois, le but étant de mettre à l’herbe les jeunes le plus tôt possible en saison.

Stéphanie Roche s’est lancée dans la vente en circuit court en 2005 avec des agneaux (système bergerie) et des volailles.

Les premiers bovins sont arrivés en 2004. « Notre clientèle nous demandait de la viande bovine. Nous disposions de locaux puisque mon beau-père détenait un élevage à une époque », rapporte-t-elle.

Aujourd’hui, l’éleveuse n’arrive pas à réponde à la demande. « J’ai vendu une génisse en 2h30 » raconte-t-elle alors qu’elle ne communique pour l’instant que via Facebook. Prochainement un site internet devrait se mettre en place.

Et en 2019, la taille du troupeau (63 bovins) devrait lui permettre de vendre une bête toutes les quatre semaines.

L’abattage est réalisé à Troyes (Aube). « Je conduis la bête et il me livre deux semaines plus tard la viande en caissette sous vide ».

Filets, bavettes et rumsteacks eux sont vendus au détail.

Abattre et faire découper une bête lui coûte 1 500 euros par bête auxquels s’ajoutent le coût du hachage et les saucisses qui permettent de valoriser l’avant de la bête. Si elle vend en caissette uniquement sur commande, une boutique à la ferme est en projet alors que le couple vient d’intégrer le réseau Bienvenue à la ferme. « Les clients veulent manger de la viande rouge. Sur les jeunes vaches, ils veulent des pièces à griller ».

« La vente directe est très chronovore, mais je le prends comme un plaisir. Par l’échange on arrive à expliquer », insiste l’exploitante qui a une clientèle fidèle. Elle note l’intérêt d’internet, qui remet les gens à la cuisine notamment pour valoriser les bas morceaux.

Très dynamique, l’agricultrice a d’autres projets en tête : une salle de découpe avec une salle de préparation, sa fille souhaitant s’orienter vers le domaine de la cuisine.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages