Une assemblée générale entre exaspération et espoir

par Marine Guillaume, mis à jour à 15:25
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Une assemblée générale entre exaspération et espoir

La FDSEA Ile-de-France a tenu son assemblée générale annuelle le 19 mai à Louveciennes (Yvelines). L'après-midi a été chargée d'échanges riches, et parfois houleux.

Dépôts sauvages, emprise foncière, impasses techniques dans les cultures, suradministration, revenus en chute libre, contrôles dans les exploitations... : les sujets ne manquaient pas pour l'assemblée générale de la FDSEA Ile-de-France. À Louveciennes (Yvelines), le syndicat a rassemblé plus de deux cents personnes le 19 mai autour de son président, Damien Greffin, afin de faire le bilan d'une année syndicale chargée... et préoccupante.

Après la partie statutaire, c'est le secrétaire général, Damien Radet, qui a présenté, tout en vidéos, le rapport d'activité.

À cette occasion, plusieurs messages ont été passés aux élus et administratifs qui occupaient les premiers rangs. « C'est inadmissible que nous ayons à supporter les dépôts sauvages dans nos cultures comme c'est le cas actuellement », a déclaré Damien Radet : « À partir de maintenant, tout sera systématiquement poussé sur la voie publique et charge aux préfectures de gérer le problème. »

D'un point de vue technique, le syndicat a également fait savoir qu'il allait effectuer une demande de dérogation concernant le traitement des altises sur colza compte tenu de la situation sanitaire alarmante.

A la suite, c'est le difficile sujet des cours d'eau qui a été évoqué. Malgré un important travail de terrain, les relations avec les DDT se sont crispées et Damien Radet a, là aussi, fait une annonce : « Nous rentrons dans un combat syndical et allons engager la phase contentieuse avec deux départements pour faire respecter la définition des cours d'eau. »

Enfin, les contrôles dans les exploitations ont fait l'objet de vifs échanges entre la salle et l'administration. Le secrétaire général de la FDSEA s'est montré ferme : « Aucun contrôle ne sera pénalisant pour nos adhérents, aucun contrôle ne se passera mal. »

La parole a ensuite été donnée au président de Jeunes agriculteurs d'Ile-de-France, Frédéric Arnoult, qui est intervenu sur la communication et a présenté à la salle les Ambassadeurs de l'agriculture, récemment formés, en les faisant se lever dans l'assemblée. Une thématique également reprise par le président de la FDSEA, Damien Greffin dans son rapport moral.

Ce dernier s'est voulu grave, mais aussi plein d'espoir. « L'agriculture s'enfonce dans une crise profonde et durable qui met en péril bon nombre d'exploitations », a t-il commencé, pointant notamment du doigt « une fiscalité inadaptée ». « S'il faut en passer par des actions syndicales, nous sommes prêts. Notre meilleure défense, c'est l'attaque ! »

Avant d'ajouter avec humour : « Vous connaissez mon expérience en la matière... »

Le président de la FDSEA a poursuivi : « L'inconscience et le dogmatisme de l'État tue à petit feu notre métier de producteur, nous rencontrons de plus en plus d'impasses techniques, les pulvérisateurs sont davantage présents dans les champs et provoquent l'incompréhension du grand public. L'agriculture française est une des plus exigeante au monde. Nous demandons à être à armes égales avec nos voisins agriculteurs, il en va de notre survie. »

Damien Greffin a finalement fixé le cap de l'année à venir avec trois mots : confiance, progrès et considération.

Cette assemblée générale a rassemblé de nombreuses personnalités venues assister aux travaux dont le président du Sénat, Gérard Larcher, le préfet des Yvelines, Serge Morvan, le président du conseil département des Yvelines, Pierre Bédier, mais aussi la vice-présidente à la région en charge de l'Agriculture, Anne Chain-Larché.

Lors de leurs interventions, tous ont exprimé leur attachement à l'agriculture francilienne et leur soutien à la profession.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages