Une SCIC pour sauver Gâtichanvre ?

par Laure Sauvage, mis à jour à 15:14
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Une SCIC pour sauver Gâtichanvre ?

Gâtichanvre connait d'importantes difficultés techniques et financières. Placée en conciliation judiciaire, l'entreprise envisage la création d'une SCIC pour remonter la pente.

« Société coopérative d'intérêt collectif (SCIC) ». Ces quatre mots signeront-ils le salut de Gâtichanvre  ? C'est en tout cas ce qu'espère l'entreprise qui affronte ces derniers temps de lourdes difficultés. Acculée par d'importantes défaillances techniques et financières, Gâtichanvre est en effet aujourd'hui à l'arrêt, placée en conciliation judiciaire au tribunal administratif.

Une situation particulièrement difficile à vivre pour les producteurs de chanvre embarqués dans l'aventure depuis plus de cinq ans mais aussi pour les salariés de l'entreprise. Tous continuent de croire en cette production locale et en sa valorisation et envisagent la création d'une SCIC pour sauver l'entreprise.

Mercredi 12 février, une réunion était donc organisée à Gironville-sur-Essonne afin de dresser un bilan de la situation et de présenter les intérêts et le fonctionnement d'une SCIC à tous les partenaires potentiels. Dans la salle, des particuliers, des entreprises du bâtiment, des artisans, des architectes et maîtres d'œuvre ainsi que des transporteurs et revendeurs (une réunion réunissant les producteurs avait eu lieu quelques jours auparavant).

« Gâtichanvre connait d'importantes difficultés techniques et financières, a confirmé Hervé Hardy, qui a succédé à Nicolas Dufour à la présidence de Gâtichanvre en avril 2019. La ligne de transformation que l'entreprise a acheté d'occasion en 2015 n'a jamais fonctionné à son plein potentiel malgré d'importants investissements réalisés (trois millions d'euros, NDLR). Cela a eu un impact significatif sur la productivité et la commercialisation et la perte est estimée à un million d'euros par an pour l'entreprise. »

En octobre dernier, un accident du travail est venu plonger l'entreprise dans des difficultés supplémentaires. « Un de nos salariés s'est fait prendre la main dans une machine, confie Hervé Hardy. Une enquête a été ouverte et depuis, les machines sont à l'arrêt. »

Pour remettre Gâtichanvre sur les rails, la direction estime à trois millions d'euros le montant des fonds nécessaires. « Les travaux dans l'usine et sur la ligne de transformation sont estimés à deux millions d'euros et il faudra également un million d'euros pour tenir le temps des travaux », estime Hervé Hardy qui précise que les salariés de l'entreprise sont aujourd'hui en chômage partiel et que trois mille tonnes de paille ont été vendues pour subvenir aux besoins urgents de Gâtichanvre.

Reste la question des dettes aux producteurs et fournisseurs à régler. Sur ce point, le directeur de Gâtichanvre, Arnaud Charpentier assure que « des négociations sont en cours entre le conciliateur, le Crédit agricole d'Île-de-France et les collectivités territoriales. La dette de Gâtichanvre sera apurée pour la création de la SCIC ».

La création de cette SCIC apparaît donc comme la solution de la dernière chance pour Gâtichanvre qui a d'ores et déjà reçu l'assurance du soutien et de l'engagement de la Région Île-de-France - la présidente, Valérie Pécresse a adressé un courrier au conciliateur -, du Département de l'Essonne et de la chambre d'Agriculture de région Île-de-France.

« L'entreprise est placée en conciliation judiciaire. Nous avons deux solutions  : soit un repreneur rachète Gâtichanvre, soit nous créons une SCIC » a précisé le directeur, Arnaud Charpentier qui avait convié à cette réunion un conseiller de l'Union régionale des SCOP et SCIC afin qu'il puisse présenter les intérêts d'un tel projet.

Ainsi, Gâtichanvre a pu exposer la trame de sa future SCIC qui compterait cinq catégories d'associés  : les producteurs, les entreprises partenaires (battage, pressage, transport…), les salariés, les bénéficiaires privés (particuliers…) et les soutiens publics (Région, Département, PNR, Chambre…).

Si le projet a pu faire l'objet de quelques vives discussions durant cette réunion, l'assemblée a toutefois semblé réceptive et intéressée par ce projet de SCIC qui permettrait de maintenir à la fois cette entreprise locale mais aussi de pérenniser la production locale de chanvre en plaine.

Des réunions de travail en petits groupes doivent avoir lieu dans les prochains jours avant un nouveau grand rassemblement entre potentiels associés de la SCIC en avril.

« Nous avons jusqu'au 10 mai pour présenter une solution au conciliateur, a précisé Arnaud Charpentier. Après cette date, si l'option de la SCIC est retenue, les travaux dans l'usine sont estimés à dix mois. On pourrait donc envisager une reprise de la transformation à partir du premier trimestre 2021 ».

Marine Guillaume

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages