Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Usbif : la betterave, une filière qui a de l’avenir

par Laurence Dupuis, mis à jour à 10:39
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Usbif : la betterave, une filière qui a de l’avenir

La ville de Nemours (Seine-et-Marne) accueillait l’assemblée générale de l’Usbif, présidée par Jean-Pierre Dubray.

Après un demi-siècle de marchés réglementés, sous le régime des quotas, pour le secteur betteravier, 2017 est l’année du grand saut vers un monde nouveau, celui de la dérégulation des marchés. C’est dans ce contexte que s’est déroulée l’assemblée générale de l’Union des syndicats betteraviers de l’Ile-de-France (Usbif) sous la présidence de Jean-Pierre Dubray mardi 31 janvier à Nemours.

« Ce nouveau paradigme ne doit pas inciter certains producteurs à aller vers l’intégration. Le partenariat est l’essence même de nos futures relations avec les industriels », a insisté le président Dubray au terme d’une après-midi riche en informations.

Auparavant, Eric Lainé, président de la CGB, avait évoqué l’évolution des instances interprofessionnelles avec la création de l’AIBS (Association interprofessionnelle de la betterave et du sucre), dont l’enjeu est de fournir un cadre interprofessionnel d’où est exclue la question des prix, droits de concurrence obligent.

Une commission de répartition de la valeur sera notamment instaurée au sein de chaque entreprise pour discuter des éléments concurrentiels dont le prix.

« La fin des quotas doit nous inciter à profiter de cette période pour réorganiser la filière. La volatilité devient un sujet prégnant. Il est important que la filière dispose d’outil de régulation du revenu », a souligné Eric Lainé.

Ainsi, à l’issue de l’accueil par la députée-maire de Nemours, Valérie Lacroute, en présence du sous-préfet de Fontainebleau, Jean-Marc Giraud, une table ronde « sur la gestion du risque : des outils pour le betteravier », animée par Pierre Raye, chef de service économie à la CGB, avait pour objectif  de donner de l’espoir aux planteurs face à la volatilité.

« Après une année 2016 catastrophique, la gestion des risques devra être mieux prise en compte dans la nouvelle Pac. Mais, des solutions privées sont aussi à développer. Il faut faire preuve de créativité ».

Une présentation d’Euronext par Ulrich Von Furstenberg permettait de mieux appréhender la notion de marché à terme et le rôle de celui-ci pour faire face aux risques.

Ce à quoi, le professeur à l’Agrocampus ouest, Jean Cordier a souligné la nécessaire convergence entre le prix physique et le prix à terme.

« Il est bon d’avoir un marché à terme prés de chez soi », a-t-il insisté. Et de poursuivre concernant la Pac : «  si l’Europe veut survivre, elle doit innover. Mais le budget fixe de la Pac est incompatible avec la gestion du risque ». 

Après avoir évoqué la légitimité de la compensation des aides Pac – maintien et création de biens publics, complétude des marchés -, non sans provoquer de vives réactions dans la salle, il s’est attardé sur les réponses à apporter face à la volatilité, que ce soit des  instruments publics, la réassurance, des outils de stabilisation du revenu…

Pour Laurent Wolf, chef du service juridique et fiscal à la FNSEA, « le plus important est la coordination entre tous les outils. La politique de la gestion des risques est un ensemble ».

Premier outil qu’il paraît nécessaire de faire évoluer, l’assurance récolte, afin de développer son intérêt. Des outils fiscaux comme la DPA (Dotation pour aléas) demandent aussi être adaptés. Enfin les résultats d’une enquête de la CGB menée auprès des planteurs sur leurs attentes  ont été présentés aux planteurs.

« Le maitre mot reste la compétitivité. C’est l’un des objectifs du projet Aker, programme de recherche mené par et pour la filière. Soyez fier d’être agriculteur. Ne cédons pas aux critiques des adeptes de la décroissance. Changeons simplement d’ère. Notre filière a de l’avenir », a conclu Eric Lainé.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages