Valérie Robin, chercheuse sur sa propre maladie

par Marine Guillaume, mis à jour à 12:18
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Valérie Robin, chercheuse sur sa propre maladie

À 33 ans, la chercheuse Valérie Robin mène un travail sur l'amyotrophie spinale, une maladie rare dont elle est elle-même atteinte.

Jusqu'à l'âge de sept ans, Valérie Robin a grandi comme tous les autres enfants. Et puis, progressivement, la maladie s'est invitée dans sa vie. Chutes fréquentes, difficultés à marcher..., le verdict tombe : Valérie souffre d'amyotrophie spinale, une malade rare qui provoque la dégénérescence progressive des muscles du corps dont, à l'époque, on ne sait presque rien. 

« À ce moment-là, nous avons eu le diagnostic clinique mais pas génétique car le gène fautif a seulement été découvert en 1995 », précise la jeune femme.

Rapidement, Valérie Robin doit avoir recours à un fauteuil pour se déplacer mais son mental de battante lui permet de surmonter cet événement : « J'ai suivi une scolarité normale dans des établissements classiques. Je ne me souviens pas avoir souffert de mon handicap durant ces années-là ».

Au moment de s'engager dans des études supérieures, attirée par la recherche médicale, Valérie Robin choisit un cursus d'ingénieur en biologie industrielle. « Je ne savais pas si j'aurai le courage et la possibilité de poursuivre en thèse à ce moment-là », note celle qui n'hésitera pourtant pas longtemps. « En tant qu'ingénieur, on ne peut pas choisir ses sujets de recherche, c'est là que j'ai compris que la recherche sur l'amyotrophie spinale, ma propre maladie, me tenait vraiment à cœur et je me suis lancée dans une thèse ».

Aujourd'hui installée à l'Université de Saint-Quentin-en-Yvelines, Valérie Robin mène ses recherches sur cette maladie depuis presque cinq ans. 

« Au quotidien, j'arrive à faire abstraction du fait que je cherche sur ma propre maladie. C'est lorsque je rencontre les familles de patients que j'ai l'effet miroir », souligne la jeune femme qui explique avoir identifié une molécule capable d'intervenir sur la partie du gène qui fait défaut.  « J'ai mené des tests sur des cellules de patients atteints de la forme la plus sévère pour réinclure cette partie du gène qui manque et ainsi synthétiser la protéine. Ils ont été particulièrement concluants. Désormais, nous sommes en phase de test d'efficacité, de toxicité et de mode d'administration sur animal. En espérant qu'un jour nous puissions passer aux essais cliniques. » 

Si les résultats des recherches de Valérie Robin aboutissaient, cela permettrait aux patients de retarder les effets de la maladie et donc le recours au fauteuil roulant.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages