Valfrance : agir et non subir

par Laurence Dupuis, mis à jour à 17:30
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Valfrance : agir et non subir

L’assemblée générale de la coopérative Valfrance s’est tenue le 5 décembre à Meaux (Seine-et-Marne) dans une salle comble.

L’assemblée générale de la coopérative Valfrance, le mercredi 5 décembre, dans la nouvelle salle du Colisée à Meaux, s’est articulée autour de trois axes : le bilan d’activité 2017-2018, un zoom sur le pôle aval de la coopérative et l’intervention de l’économiste Sébastien Abis sur le thème « agriculture et alimentation : des champs gagnants pour la France ».

Malgré une météo peu favorable et des rendements moyens, la collecte de l’exercice 2017-2018, marquée par un retour de très bons critères qualitatifs,  s’élève à 823 683 tonnes.

Le secteur de l’approvisionnement a également retrouvé un niveau d’activité correct. Quant à la collecte en Agriculture biologique (5425 tonnes), elle est en très forte hausse en raison de très bons rendements et de récentes conversions. 

L’exercice 2017-2018 du groupe Valfrance affiche  donc un  résultat net consolidé qui s’élève à 1 108 103 euros.

Dans ce contexte, douze millions d’euros de ristournes et de compléments de prix ont été versés fin juin aux coopérateurs, auxquels s’ajouteront de nouveaux compléments de prix au mois de janvier suite à la décision récente du conseil d’administration. Un point a été fait sur les services et outils innovants proposés par la coopérative (stations météo, beApi, essais sur une offre de thermométrie connectée pour la conservation des grains), la vie des trente-et-un silos, les investissements dont le montant s’est élevé à 5 millions d’euros, sans oublier les différents axes menés pour valoriser la qualité des produits.

À noter, les difficultés de logistique rencontrées au cours du premier semestre 2018 (rivières en crue, fermeture de l’écluse de Vives-eaux sur la Seine et grèves SNCF) qui ont engendré des difficultés de livraison des céréales d’où un taux de remplissage des silos très élevés à la veille de la nouvelle moisson 2018. 

Pourtant le service logistique a su s’adapter avec réactivité.

Tourné vers l’avenir, et malgré le contexte difficile avec notamment en ligne de mire  la séparation de la vente et du conseil qui impactera fortement le fonctionnement des organismes stockeurs, les défis sont nombreux, comme le souligne le président de la coopérative Christophe Grison : « Une structure efficace, au service de ses sociétaires, se doit désormais d’être agile. Notre préoccupation : ramener de la marge sur l’exploitation ». 

Des propos appuyés par le directeur, Laurent Vittoz : « Les coopératives doivent prouver qu’elles sont visionnaires. Nous devons être force de propositions et d’innovations dans tous les domaines ».

La mise en place d’une seule plate-forme d’essais en 2019, et non deux, en lien avec la chambre d’Agriculture de région Ile-de-France, a été annoncée.

Dans un second temps, le pôle aval a été mis en avant, et notamment l’expérience menée sur le site du Oissery avec l’installation du premier groupe froid : « une assurance non négligeable pour éviter le déclassement de produits à haute valeur ajoutée ».

En effet, face aux nombreuses attentes du consommateur, de la nécessité de venir à bout des insectes et de l’évolution de la réglementation, une table ronde a réuni différents acteurs de la filière  dont le président de l’ANMF (association nationale de la meunerie française) sur la lutte intégrée contre les insectes durant le stockage. 

De plus, si des moyens sont déployés au sein des silos, il faut aussi se mobiliser sur le stockage à la ferme (30 %) et accompagner les agriculteurs.

Toutefois, comme le souligne Laurent Vittoz : « le sans insecticide de stockage ne peut pas devenir un standard de la coopérative. Cela a un coût cela doit devenir comme le label rouge, le CRC ». Il s’agit d’un important travail de filière.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages