Valoriser sa production ovine en la désaisonnant

par Laure Sauvage, mis à jour à 18:14
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Valoriser sa production ovine en la désaisonnant

Polyculteur et éleveur ovins à Lizines, Bertrand Dormion commercialise sa viande en Label rouge et sous la marque Agneaux des bergers d’Île-de-France.

Si la production ovine est historique sur cette exploitation familiale de 90 hectares de SAU* située à Lizines — son père avait une cinquantaine de brebis —, Bertrand Dormion a décidé de développer cette production lors de son installation en 2007 alors que les cours des céréales étaient au plus bas depuis deux ans.

Une bergerie est construite en 2008 pour accueillir durant la période hivernale et pour l’agnelage les 300 brebis ainsi que leurs jeunes.

« Cette année, par manque de foin, j’ai légèrement réduit l’effectif », explique Bertrand Dormion, qui en ce début mai s’apprête à sortir ses dernières brebis. L’exploitant attend ce moment avec impatience, ses stocks de fourrage étant proches de zéro.

Le parcellaire étant regroupé, quatorze hectares de pâtures se situent à proximité de la bergerie. De la luzerne est également produite sur huit hectares. Mais cela étant insuffisant, il achète de la luzerne bio chez un agriculteur du secteur.

Le reste de l’assolement se compose de blé, escourgeon, orge, betteraves et maïs.

Il a arrêté la production de colza qui lui imposait de travailler dans les champs à une période où il se consacre aux agnelages. En effet, son objectif est de vendre des agneaux en décembre afin de bénéficier des prix de contrats de désaisonnement proposés par la Cyalin.

« J’ai deux périodes dans l’année d’agnelage : les deux tiers du 29 août à fin septembre afin de vendre les agneaux en fin d’année, à une période plus rémunératrice, et le tiers restant en décembre-janvier, une période creuse en grandes cultures durant laquelle je me consacre à 100 % à la bergerie, explique Bertrand Dormion, qui a opté pour la race île-de-France. J’ai essayé la race romane mais j’ai été déçu ».

Les béliers sont tous de race île-de-France et inscrits. Certains viennent de la station de testage de Verdilly (Aisne). Les brebis sont mises au pré quand l’herbe le permet et y restent jusqu’à leur agnelage.

Au niveau technique, il produit 1,75 agneau/brebis en septembre et 1,65 en décembre en raison de l’agnelage des agnelles et d’une situation sanitaire moins saine à cette période.

Quant au taux de renouvellement, il est en général à 20 %. Les agneaux sont commercialisés auprès de la Cyalin via deux marchés.

La majorité part en Label rouge, ce qui lui impose le respect d’un cahier des charges précis (pourcentage d’autonomie alimentaire, sans OGM, 70 jours minimum au sevrage, six mois maximum à l’abattage, identification dans un délai plus rapide… « La traçabilité alimentaire est totale ».

Une partie des agneaux (une soixantaine cette année) l’est également via l’association Nos bergers d’Île-de-France que Bertrand Dormion a intégrée dès sa création en septembre 2017.

Cette filière, pour laquelle la Cyalin est prestataire depuis le début de l’année, permet d’écouler les agneaux à un prix supérieur (7,5 euros/kg de carcasse). En Label rouge, le prix peut atteindre ce niveau mais uniquement au pic de la période de désaisonnement et descendre plus bas (6,30 euros en février).

« Pâques et les beaux jours tirent le marché », note l’agriculteur qui regarde avec bonheur ses brebis se promener dans les pâtures.

Laurence Goudet-Dupuis

* Surface agricole utile

Nos bergers d’Île-de-France
L’association Nos bergers d’Île-de-France, qui regroupe des producteurs ovins de la région capitale, a été officiellement lancée en 2017. Six mois plus tard, lors du Salon de l’agriculture, la marque Agneaux des bergers d’Île-de-France était officiellement dévoilée. Cette initiative valorisant un savoir-faire unique 100 % francilien a reçu le soutien de la région Île-de-France, de la chambre d'Agriculture de région Île-de-France et du Cervia Paris Île-de-France. Depuis, des démarches similaires ont vu le jour pour les filières bovines et avicoles franciliennes.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages