Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Volailles et bœufs réintroduits à la Ferme des sueurs (Essonne) 

par Marine Guillaume, mis à jour à 10:21
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Volailles et bœufs réintroduits à la Ferme des sueurs (Essonne) 

À la Ferme des sueurs (Essonne), la famille Le Grand a pour projet d'introduire de l'élevage. D'abord de la volaille, puis du bœuf d'ici à l'année prochaine.

Alors que certains jettent l'éponge ou sont en grande difficulté, d'autres font le chemin inverse.

À la Ferme des sueurs, située sur le haut du Val-Saint-Germain (Essonne), la famille Le Grand planche depuis plusieurs mois déjà sur un projet d'élevage. Aujourd'hui, la ferme tourne avec deux cent soixante hectares mais demain, il y aura aussi de la volaille et du bœuf.

C'est la fille de la famille, Héloïse, en cours d'installation, qui porte le projet. « Je suis passionnée par les bêtes et j'ai fait toutes mes études dans des exploitaitons d'élevage », raconte la jeune femme.

Dans le bureau de la ferme, des photos d'élevage en noir et blanc habillent déjà les murs : « Du temps de mes grands-parents, il y avait déjà un peu d'élevage alors pour moi, à l'heure de m'installer sur la ferme, ça me paraît normal. Et même si le contexte actuel n'est pas favorable, ça ne me fait pas peur. »

Pour accueillir les premiers animaux, tout reste pourtant à créer mais Héloïse — accompagnée de son père, Frédéric — ne recule devant rien.

Les premiers matériaux pour construire l'abattoir des volailles trônent déjà dans la cour. « J'entame fin mars la série de stages nécessaires pour boucler le parcours à l'installation. Dans l'idéal, je lancerai l'activité volailles d'ici à cet été », se réjouit Héloïse.

Pour le bœuf, il faudra patienter quelques mois de plus et la construction d'un bâtiment adapté devant la ferme. « J'élèverai des vaches de race Aubrac, réputées pour la qualité de leur viande. J'espère voir arriver les premières vaches d'ici à l'hiver 2017. »

La jeune agricultrice compte écouler toute sa production en vente directe uniquement en aménageant aussi une boutique à la ferme.

L'une des clés selon elle pour assurer la pérennité de la filière. « Produire ne suffit plus aujourd'hui », assure Héloïse : « Si on ne maîtrise pas la vente de nos bêtes et le prix, on n'y arrive plus. Ce sont les intermédiaires qui mettent à mal la filière. Vendre du producteur au consommateur au juste prix, c'est la seule solution. »

La famille Le Grand agira aussi sur un autre levier, celui de l'alimentation des animaux. 

« À terme, l'ensemble de l'élevage sera en bio », révèle Frédéric Le Grand : « Je vais entamer une conversion en agriculture biologique sur cent cinquante hectares de mes terres pour nourrir les bêtes. Là non plus, on ne peut plus se permettre d'être dépendant d'autres circuits. Aujourd'hui, pour vivre de l'élevage, je suis convaincu qu'il faut maîtriser toute la chaine. »

Le père et la fille comptent tous deux sur la qualité de leurs productions, seule solution pour « valoriser le produit et attirer les clients ». 

« J'ai fait des volailles en 2015 que j'ai vendues en direct sur les marchés au moment des fêtes. Les clients étaient au rendez-vous et prêts à mettre un peu plus cher pour avoir de la qualité et du local », confirme Héloïse qui croit dur comme fer en son projet. 

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



L'ACTUALITÉ EN VIDÉO
Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !

  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
  • Votre nourriture a un prix, notre métier a un prix !
SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages