Vols dans les fermes : les gendarmes aux côtés des agriculteurs

par Marine Guillaume, mis à jour à 13:56
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Vols dans les fermes : les gendarmes aux côtés des agriculteurs

Dans l'Essonne, les gendarmes sont venus à la rencontre des agriculteurs pour les sensibiliser aux mesures de protection à prendre contre les vols dans leurs fermes.

« Qui d'entre vous a une alarme chez lui ? » Parmi la bonne vingtaine de participants, seuls trois lèvent la main. « Eh bien pourtant, c'est la base de votre protection. Entre un bon verrou et une alarme, privilégiez toujours l'alarme, elle fera fuir les voleurs plus rapidement », affirme le référent surêté de la gendarmerie de l'Essonne, le major Philippe Renoncourt. Ce vendredi 13 février, il est venu, avec un représentant de la brigade de Ballancourt (Essonne), dans la ferme de Christophe Vincent à Morigny-Champigny, à la rencontre des agriculteurs qui se demandent comment lutter contre les vols dans leur ferme. 

« Les faits se multiplient et nous en avons assez. Il faut faire quelque chose avant que certains ne soient tentés de faire justice eux-mêmes », ont fait savoir les deux présidents des unions de syndicats d'exploitants agricoles de Corbeil et d'Étampes, Nicolas Galpin et Fabien Pigeon, à l'initiative de cette rencontre. Au cours de leur intervention, les deux gendarmes ont confirmé que les exploitations agricoles sont de plus en plus prises pour cible par les délinquants. « Les petits commerces, les particuliers et les entreprises sont davantage équipés et protégés alors les délinquants se dirigent vers des sites qui le sont moins et vos fermes sont une cible de choix. »

Le major Philippe Renoncourt a alors égrainé de précieux conseils aux agriculteurs, particulièrement attentifs : « Installez une alarme ou encore de l'éclairage par détection. Dans la mesure du possible, ne laissez pas votre matériel à la vue de tous dans les champs ou dans la cour de votre ferme. Prévoyez un local sécurisé pour le petit outillage très recherché comme les tronçonneuses... » Les gendarmes ont également incité les agriculteurs à s'intéresser à un certain nombres de dispositifs technologiques d'alerte par SMS pour signaler le déplacement d'un de ses véhicules ou une baisse brutale du niveau de fioul dans la cuve par exemple grâce à des capteurs installés sur les équipements. 

Outre ces conseils, les gendarmes ont également invité les agriculteurs à améliorer la communication entre eux et la gendarmerie. « Les chiffres d'actes de délinquance que nous avons ne sont pas le reflet de la réalité car vous ne venez pas systématiquement porter plainte », a rappelé le major : « Même si vous ne souhaitez pas faire cette démarche, prévenez-nous au moins par téléphone de ce qu'il s'est passé. Il faut que nous échangions davantage. 24 heures sur 24, appelez-nous pour prévenir de quelque chose qui vous paraît suspect. Ce sont des renseignements précieux pour établir nos zones de surveillance. » 

Dans l'Essonne, les agriculteurs peuvent désormais prendre rendez-vous pour porter plainte, évitant ainsi une perte de temps, et le référent sûreté, le major Renoncourt, se rend, gratuitement et sur demande, dans toutes les exploitations du département pour apporter des conseils personnalisés sur les mesures à mettre en place pour protéger sa ferme. Le dispositif Alerte SMS, initié par les organisations professionnelles agricoles, est également en place depuis l'été 2014. Quatre alertes ont été envoyées depuis sa mise en place dans le département pour prévenir les exploitants d'actes de délinquance commis près de chez eux. 

Les statistiques agricoles en hausse En Essonne, le nombre de faits délictueux signalés concernant des fermes est minime. En Ile-de-France, le nombre d'actes de délinquance visant une exploitation était de 140 (contre 117 en 2013) en 2014, soit 0,74 % des faits (0,62 % en 2013). Concernant plus précisement les cambriolages, soixante faits ont été enregistrés en 2014 48 en 2013) soit 1,24 % de la totalité des actes enregistrés (contre 0,90 % en 2013). Pour chacune de ses statistiques, les gendarmes ont précisé qu'ils observent une diminution globale des vols en Ile-de-France, sauf dans le milieu agricole où ceux-ci augmentent. 

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages