ZNT : « C'est du grand n'importe quoi »

par Laure Sauvage, mis à jour à 14:24
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
ZNT : « C'est du grand n'importe quoi »

Le gouvernement voudrait mettre en place des Zones de non-traitement (ZNT) autour des habitations. La réaction d'Éric Thirouin, président de l'AGPB et de la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir.

Le gouvernement envisage la création de zones de non-traitement (ZNT) à proximité des habitations. D'où vient cette nouvelle menace pour l'agriculture ?

Il y a eu des débats et l'Assemblée nationale a tranché pour que l'on réinstaure un dialogue entre agriculteurs et non-agriculteurs qui sont de plus en plus inquiets et expriment des peurs vis-à-vis des produits phytosanitaires. Et du coup, nous nous sommes engagés, et c'est d'ailleurs l'objet de la Charte de bon voisinage signée la semaine dernière, à favoriser ce dialogue, expliquer notre métier et les mesures que l'on prend vis-à-vis des riverains pour appliquer les produits phytosanitaires... C'est la dynamique des États généraux de l'alimentation. Ce qui était sorti des discussions c'est que chaque département devait signer une charte avant le 1er janvier.

Ce qui est en train de se faire...

Oui, mais là où nous sommes fous furieux, et c'est pourquoi les FDSEA sont allés à la rencontre des parlementaires, des représentants de l'État et ont lancé les actions téléphoniques, c'est que le gouvernement veux passer outre en interdisant aux agriculteurs de traiter à proximité des habitations sur des bandes de cinq à dix mètres selon la taille des cultures, de dix mètres incompressibles pour les produits classés CMR* et de prévenir les riverains douze heures avant tout traitement. C'est du grand n'importe quoi ! Ce sont des décrets pondus par des gens qui ne connaissent rien à l'agriculture. Nous utilisons des produits qui sont autorisés par l'administration, même s'il y en a de moins en moins, nous suivons des règles strictes, nous appliquons la loi votée par les parlementaires de faire des chartes... Mais il est hors de question de rentrer dans un système de délation, anxiogène, car si on doit envoyer un SMS à chaque fois que l'on suppose que l'on va traiter, car ça ne se décide toujours qu'au dernier moment, c'est comme si on nous demandait de provoquer de nous-mêmes les réactions épidermiques des uns et des autres. Ce sera hors de question. Des mesures comme ça, si elles devaient être prises — je parle des douze heures —, il faudrait ne pas les appliquer.

On se souvient qu'en 2014 il avait déjà été question de ne plus pouvoir traiter à proximité des habitations...

Oui, c'était sur 200 mètres... Aujourd'hui, il y a déjà des règles qui s'appliquent pour les personnes vulnérables à proximité de lieux sensibles. Ces distances peuvent être ramenées à zéro mètre à partir du moment où des mesures sont appliquées et celles qui me semblent cohérentes sont les mesures que nous avons dans la Charte de bon voisinage. À partir du moment où l'on s'engage dans cette charte, il me semble évident qu'il ne soit pas nécessaire d'instaurer des zones de non-traitement. Nous avons un Président de la République qui s'engage à lutter contre l'artificialisation des sols et qui décrète quelques jours plus tard qu'il faut ne plus produire sur ces sols, car si on ne traite pas, et cela concerne aussi les traitements en bio, ça veut dire que l'on ne peut pas produire, pas récolter... Si on veut une agriculture en décroissance et une perte d'activité économique, il n'y a pas meilleure façon de s'y prendre. Nous sommes pour améliorer le dialogue avec les riverains, pour appliquer de nouvelles pratiques de façon forte et engagée, mais pas avoir des zones de non-traitement et appeler nos voisins pour leur dire ce que l'on va faire !

Propos recueillis par Hervé Colin

*Cancérigène, mutagène et reprotoxique

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages