ZNT et baisse de ressources au menu de la session de rentrée

par Laure Sauvage, mis à jour à 14:49
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
ZNT et baisse de ressources au menu de la session de rentrée

Les membres de la chambre d'Agriculture d'Eure-et-Loir se sont réunis à Chartres le 23 septembre autour de sujets d'actualités.

C'est par une minute de silence à la mémoire de Christian Martin, technicien de la chambre d'Agriculture, en charge, entre autres, du suivi des essais et particulièrement apprécié pour son altruisme, décédé le 19 septembre à l'aube de prendre sa retraite, qu'à débuté la session de rentrée de ses membres, le 23 septembre à Chartres.

Son président, Éric Thirouin, a démarré ensuite par son tour de l'actualité agricole afin que Sophie Brocas, la préfète d'Eure-et-Loir, qui assistait aux travaux, en ait la substantifique moelle avant de partir.

Une actualité agricole plutôt chargée avec, entre autres, la sécheresse, le projet d'arrêté du Gouvernement sur la mise en place de Zones de non traitement a proximité des habitations ou sa volonté de diminuer de 15 % dans sa future loi de Finance, la Taxe additionnelle à la taxe sur le foncier non bâti (TATFNB), qui contribue à son financement.

La perte pour la chambre consulaire serait de l'ordre de 500 000 euros, autant d'actions d'accompagnement en moins, « alors que l'agriculture est à un tournant, a pointé Éric Thirouin. Nous attendons un soutien de l'État. Ce projet de loi de Finances témoigne d'une piètre stratégie ».

Avant cela, le président de la Chambre a souligné l'impact de la sécheresse au cours de la campagne : « C'est ce qui l'a marquée. Elle a été amplifiée par trois canicules. Jamais le département n'avait enregistré de séries sèches aussi longues, dans la même année et à fortiori dans le même été ».

Il a noté les conséquences pour l'implantation des SIE, les semis de colza et l'impact sur l'élevage, soulignant : « Nous sommes surpris de voir que l'Eure-et-Loir, contrairement aux autres départements de France, ne bénéficie pas de dérogation à l'implantation de SIE et d'autorisation à l'implantation de cultures dérobées, qui permettrait la reconstitution de stocks, fortement entamés depuis juillet ».

Dans ce contexte, il relève néanmoins « l'exemplarité de la gestion de l'irrigation et de la nappe de Beauce par l'Organisme unique ».

Et poursuit : « Cette situation doit faire prendre conscience au Gouvernement de la nécessité de stocker l'eau. Il faut développer toutes les pistes de stockage de l'eau lorsque c'est possible. C'est un enjeu majeur pour demain. J'espère que l'étude sur la nappe de la Craie sera conduite à l'image de celle sur la nappe de la Beauce, qui est exemplaire ».

Au sujet des ZNT, Éric Thirouin n'a pas mâché ses mots, pour lui, si les agriculteurs sont habitués aux aléas : « il y a une constante, c'est la pression et l'absence de vision stratégique de la part du Gouvernement. Dans le cadre des États généraux de l'alimentation, la profession s'était engagée a signer des chartes sur la bonne utilisation des produits phytosanitaires pour répondre à la préoccupation des riverains. Cette charte de bon voisinage a été signée le 8 juillet. Aussi ce projet d'arrêté du Gouvernement a choqué l'ensemble du monde agricole », a-t-il relevé.

De plus, la mesure qui demande aux exploitants de prévenir ses voisins avant toute intervention : « conduirait innévitablement à une explosion des tensions, du stress et des peurs. Elle ne peut en aucun cas être appliquée systématiquement, ni par la loi, ni par les chartes », a-t-il prévenu.

Selon des estimations, la mise en place de ZNT engendrerait des pertes allant jusqu'à 20 % de la production agricole selon les régions.

« La notion même de ZNT, quelle que soit la distance, est innacceptable car elle instille auprès des riverains qu'il y a danger dès qu'on utilise un produit phytosanitaire. Une fois de plus un amalgame est fait entre le danger et le risque d'exposition. On veut mettre les gens les uns contre les autres. Ce n'est plus un problème de santé mais un problème de société », a résumé le président.

Les membres de la chambre d'Agriculture ont ensuite approuvé deux délibérations, l'une qui s'oppose à la mise en place d'une réglementation et à l'application de nouvelles zones de non traitement et leurs conditions de mise en œuvre, l'autre qui demande à ce que la TATFNB soit maintenue à son niveau actuel.

La suite des travaux a été consacrée au budget rectificatif 2019, qui prévoit un déficit prévisionnel de 110 000 euros, et à la certification Haute valeur environnementale des exploitations.

Hervé Colin

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages