Zoom sur la ferme du Bois-Neuf

par Laure Sauvage, mis à jour à 19:00
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Zoom sur la ferme du Bois-Neuf

Élevage laitier de la Chapelle-Vicomtesse (Loir-et-Cher), la ferme du Bois-Neuf affiche une production de 390 000 litres. L’exploitation s’est diversifiée et pratique la vente directe. Visite guidée.

Après un BTS Analyse, conduite et stratégie de l’entreprise agricole, Nicolas Caillon a repris la ferme du Bois-Neuf, exploitation laitière familiale située à la Chapelle-Vicomtesse, en 2011. «  Cela a toujours été mon objectif, déclare l’éleveur. Je ne me suis jamais vu faire autre chose. C’est une passion. »

Le professionnel a démarré avec trente vaches et 90 ha de SAU. « J’ai demandé du quota supplémentaire et, suite à un incendie, le bâtiment a été reconstruit et modernisé. Le développement du troupeau a reposé sur le pâturage. » Le fourrage (maïs, herbe et paille) est produit sur place. Le concentré azoté de tourteau de colza et de soja est acheté. «  Économiquement et environnementalement, c’est assez avantageux. »

L’éleveur, qui livre son lait chez Lactalis, est rémunéré 330 euros les mille litres. Des primes qualitatives majorent ce prix de base. «  Cependant, eu égard au temps passé, la rémunération n’est pas élevée », commente Nicolas Caillon.

Les vaches sont mises à l’herbe en février-mars selon un système de pâturage dynamique  : une parcelle différente chaque jour. En novembre-décembre, la ration se compose d’ensilage de maïs et d’herbe.

Si la traite est manuelle, l’alimentation du troupeau se fait à l’aide d’un télescopique et d’un godet. «  Nous voyons tous les animaux en une heure et quart et nous partons l’esprit libre, explique Nicolas Caillon. L’alimentation à l’herbe nous offre une forme de liberté. En hiver, nous avons six heures d’astreinte par jour et la moitié en été ».

L’agriculteur vicomtois élève des vaches normandes. Chaque année, cinq d’entre elles et six veaux sont abattus par TVR à Doué (Maine-et-Loire). L’opérateur se charge de l’enlèvement des bêtes, de l’abattage, de la découpe, du conditionnement et de la livraison.

Les produits transformés sont vendus en direct à la ferme. L’activité, qui a un an d’existence, est placée sous la responsabilité de Virginie, l’épouse de Nicolas.

La jeune femme explique  : «  Je travaillais à l’extérieur, à une heure et demie de route, en qualité de responsable de magasin d’une coopérative. Or je souhaitais faire quelque chose sur la ferme. Mon expérience m’a conduite à la vente directe. Les clients sont attirés par les produits locaux  ».

Depuis 2018, la ferme du Bois-Neuf propose également des hébergements. Cela a nécessité un investissement de 40 000 euros. Avant de se lancer, Virginie Caillon a réalisé une étude de marché et a suivi une formation. La structure enregistre une soixantaine de nuitées par an.

La clientèle, essentiellement parisienne, vient le week-end et pendant les vacances. «  Nous souhaiterions aussi l’attirer en semaine  », commente notre interlocutrice.

La structure de la Chapelle-Vicomtesse a rejoint Bienvenue à la ferme en 2018. «  Cela permet d’avoir un label et de bénéficier d’un réseau  » indique Virginie Caillon. L’exploitation est une ferme découverte. Sur réservation, le public peut visiter les lieux et assister à la transformation du lait en beurre. Une chasse aux trésors est également proposée aux enfants. «  Nous souhaitons que les visiteurs apprennent quelque chose, explique notre interlocutrice. C’est aussi un moyen de lutter contre les fausses idées.  »

Depuis 2016, François, le frère de Nicolas, travaillait à mi-temps sur l’exploitation. En début d’année, il est devenu associé à la faveur de la reprise d’une exploitation à Chauvigny-du-Perche. François élève des volailles et produit des céréales. Son arrivée a permis de faire passer le SAU de la ferme du Bois-Neuf de 125 ha à 220 ha. L’octroi de 150 000 litres supplémentaires de lait est allé de pair.

Les deux poulaillers acquis, d’une surface unitaire de 300 m2, génèrent une production de quatre lots par an. Les Fermes du Loir ramassent les animaux vivants. Ceux-ci sont abattus chez un sous-traitant.

Les exploitants de la Chapelle-Vicomtesse conditionnent les produits, vendus en direct à la ferme. Objectif  : entre 1 000 et 1 500 poulets par an. «  Nous voulons valoriser tout ce que nous produisons », conclut Virginie Caillon.

Olivier Joly

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages