Les coopératives font face

par Laure Sauvage, mis à jour à 18:53
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Les coopératives font face

En Île-de-France, les coopératives agricoles ont dû s'organiser depuis le début du confinement, avec des conséquences relativement disparates.

Si la crise sanitaire liée au Covid-19 a un impact non négligeable sur les filières horti-pépi, maraîchage ou élevage, les grandes cultures ont, elles aussi, dû s'organiser. À l'annonce du confinement, les coopératives ont immédiatement mis en place leur plan de continuité d'activité qui leur permet aujourd'hui de passer la crise au mieux et d'assurer leurs différentes missions.

«  Nous avons mis tous les salariés pour qui cela était possible en télétravail et mis à l'abri ceux qui étaient considérés à risque, annonce le directeur de la coopérative Sevépi, Jean-Baptiste Hue. L'ensemble de nos sites restent ouverts aux horaires habituels avec le respect des gestes barrières et des mesures sanitaires qui s'imposent  ».

Dans certains secteurs, les premiers jours de confinement ont provoqué une activité soutenue. Cela a été le cas notamment à la coopérative Île-de-France sud. «  Le beau temps est arrivé simultanément à ce confinement et cela a provoqué un gros rush chez nous en activité approvisionnement, relate le directeur de la coopérative basée en Essonne, Hervé Courte. Nous nous y attendions après cinq mois peu propices aux travaux dans les champs. Il n'y a donc pas eu de rupture d'approvisionnement que ce soit en semences, en engrais ou en phytosanitaires  ».

Du côté de Sévepi, le directeur souligne de nombreux changements d'assolement chez les adhérents.

«  Nous avons eu une demande soutenue en maïs aux dépens du lin en raison de l'incertitude de débouchés pour cette culture du fait du contexte sanitaire mondial et de la fermeture des frontières chinoises notamment  » souligne Jean-Baptiste Hue.

Si l'exécution des productions a connu une activité qualifiée de «  très vive  » durant la première semaines de confinement, la demande francilienne connait depuis quelques difficultés. «  Nous observons une baisse dans la demande de céréales à destination de l'artisanat, souligne Hervé Courte. Les meuniers font en effet état d'une baisse de 30  % de la demande après les premiers jours d'euphorie  ».

Autre marché déprimé, celui de l'agriculture biologique, où les besoins ont diminué de 70  %. «  En l'absence de restauration sociale, les menus bios proposés dans les cantines par exemple n'ont plus lieu d'être et font chuter fortement la demande car les autres circuits de commercialisation ne permettent pas de compenser cette perte  » étaye Hervé Courte.

Enfin, la demande en orge de brasserie a elle aussi chuté de 20 à 25  %.

Si les différentes mesures mises en place à ce jour permettent aux coopératives de poursuivre une activité quasiment normale en Île-de-France, d'autres défis sont à venir dont celui de la gestion du personnel après la date du 11 mai.

Chez Sevépi, on s'inquiète également de l'organisation de la future moisson avec l'embauche de saisonniers dans des conditions sanitaires qui resteront particulièrement strictes.

Marine Guillaume

Retrouvez aussi le témoignage de Christophe Grison, président de la coopérative Valfrance :

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



Sondage express

Aucun sondage

> Tous les sondages