Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Quand une exploitante refuse la carrière

par Christophe Belhomme, mis à jour à 20:44
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Quand une exploitante refuse la carrière

Amandine Muret-Béguin, exploitante agricole à Sailly (Yvelines) a grandi avec la peur des carrières. Elle participera à la manifestation du 14 octobre.

Samedi 14 octobre, une manifestation aura lieu pour contester contre un projet d'extension de carrière de calcaire cimentier dans le Parc naturel régional du Vexin français.

« On se rallie au mouvement pour montrer que la profession agricole est contre le projet. Il faut le dire haut et fort, car jusque-là on a été trop discrets », souligne Amandine Muret-Béguin, exploitante agricole à Sailly (Yvelines).

Elle a grandi « avec la peur des carrières. Mon père qui est maire de la commune se bat contre ce projet depuis des années ».

L'association AVLC3, créée par des élus locaux, porte la contestation.

Elle a appelé les présidents du syndicat du Mantois, de l'Union de Mantes, du syndicat de Meulan et des JA de Mantes à se joindre au mouvement.

« Quand j'ai appris qu'une mobilisation était en cours, j'ai décidé aussitôt d'y adhérer », explique la jeune femme, enseignante en agronomie au lycée agricole Sully de Magnanville et qui est en phase de reprise avec son frère, Thomas, des exploitations de son père et de son oncle.

Il faut dire qu'elle est directement touchée, comme cinq autres exploitants du secteur, par cette première extension : « C'est environ vingt hectares. Des terres que ma famille possède et d'autres que nous louons ».

Elle dénonce « des projets complétement démesurés qui vont empiéter sur les bonnes terres agricoles sans tenir compte de l'impact écologique. Sachant qu'on est dans le parc naturel du Vexin, tout le monde sera touché avec des nuisances et un impact sur l'eau dans tout le bassin versant de la vallée de la Montcient ».

L'exploitation familiale est en agriculture raisonnée. Elle est certifiée HVE, haute valeur environnementale. Une manière de produire respecteuse de l'environnement qui sera compromise si jamais le projet passe...

Amandine ne veut pas vendre et si elle venait à être expropriée, elle sait qu'elle ne récuperait pas de nouvelles terres avant plusieurs années. C'est exactement ce qui s'est passé, dit-elle, lors de la première expropriation à Guitrancourt.

« Comme il n'y avait pas de foncier disponible sur le secteur, certains agriculteurs n'ont récupéré des terres, via la Safer, que plusieurs dizaines d'années après. Ces terres, j'en ai besoin maintenant pour vivre de mon métier et faire vivre ma famille ».

En attendant, ses projets d'investissements sont bloqués : « Notamment au niveau du matériel, puisqu'on ne sait pas de combien d'hectares on va disposer sur le long terme ».

Elle se méfie également des promesses d'HeidelbergCement qui prétend rendre les terres à l'agriculture en les stockant dans de gigantesques tas pendant plusieurs années : « Des foutaises. Ces terres fertiles vont perdre toute qualité arable. Enlever la terre, c'est annihiler toute vie microbienne et l'équilibre des sols. »

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages