Suivez-nous Facebook Horizons Twitter Horizons Google+ Horizons LinkedIn Horizons Soundcloud Horizons RSS Horizons

Une micro-ferme intensive, non-mécanisée et viable

par Chloé Cartier-Santino, mis à jour à 18:09
Réagir Réagir Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn
Une micro-ferme intensive, non-mécanisée et viable

Dans le cadre de la première Journée régionale légumes, Patrick Maliet a fait visiter son exploitation de 1,2 hectare non mécanisée, en maraîchage bio.

Patrick Maliet a travaillé pendant plus de trente ans à la ferme de Sainte-Marthe (agriculture biologique), à Millançay.

En 2008, il a racheté les terres d’une ancienne aspergeraie toujours à Millançay. Il s’est mis à son compte en 2011 en créant Les Jardins d’Anthémis.

La terre était très appauvrie et cela a été un vrai défi de la rendre à nouveau cultivable. « J’ai fait en sorte que la terre devienne fertile, alors qu’elle ne l’était pas du tout au début, en enrichissant le sol notamment avec du compost et des matières organiques », explique-t-il.

Tout seul sur sa micro-ferme de 1,2 hectare, il pratique la permaculture avec 5 000 m2 de production intensive et il laisse l’autre partie au repos pour recréer une fertilité.

La surface en légumes plein champ est de 3 500 m2. Il dispose aussi de 500 m2 de surface couverte sous serre en verre et de 1 000 m2 de tunnels. 

Il produit ses légumes en utilisant un minimum d’outils grâce à une optimisation maximale. « Je n’ai pas de tracteur, car je ne saurais pas quoi en faire ! », sourit Patrick Maliet.

En effet, il utilise seulement des outils à main et une motobineuse. Cela lui permet de ne pas tasser le sol et d’avoir des plantations en rangs plus serrés.

Sur sa micro-ferme, le maraîcher a tout calibré et adapté pour travailler seul ou avec, au maximum, deux personnes.

« Le sol est couvert en permanence d’une végétation pour le faire travailler, il est dynamique et jamais sale », précise-t-il.

La fertilité est l’un des points les plus délicats à maîtriser avec le choix des variétés et le suivi phytosanitaire. Il réalise une rotation longue (cinq ans) de cultures légumières et d’un engrais vert. « Sur cette parcelle, il y a eu de la luzerne, des pommes de terre, des épinards et des oignons », indique-t-il.

Dès que les cultures sont enlevées, il en sème de nouvelles ou met un engrais vert.

L’agriculteur n’utilise pas de produits chimiques ni de mécanisation. Il place des bâches d’occultation pour éviter les adventices et passe, si besoin, un désherbeur thermique.

Il a également équipé ses serres sous verre d’un écran thermique pour gagner 3 à 4°C et semer avec un sol le plus chaud possible. Il y utilise aussi un paillage transparent afin d’avoir un effet de serre plus important.

Par ailleurs, il est autonome en irrigation grâce à un système de récupération des eaux de ruissellement et de drainage qui sont stockées dans un bassin. Et il possède une chambre froide enterrée avec un taux d’humidité maximum pour stocker et conserver au mieux ses légumes.

Aujourd’hui, il commence à trouver son équilibre et produit, entre autres, tomates, salades, concombres, carottes, épinards, betteraves, oignons, herbes aromatiques ou encore échalotes en quantité importante.

« Je réalise toute ma production de plants, j’en produis au moins 80 000 par an, c’est une sécurité et j’aime ça », explique Patrick Maliet.

Il réalise aujourd’hui 80 % de son chiffre d’affaires en vendant ses légumes aux Paniers bio Val-de-Loire, 20 % à une biocoop et 10 % en vente directe.

Cela lui permet de s’organiser plus facilement, car les besoins en légumes sont planifiés six mois à un an à l’avance.

« Depuis trois ans, j’ai atteint un régime de croisière et je réalise tout seul 70 000 euros hors taxes de légumes », précise-t-il. Il envisage d’ailleurs d’embaucher un ou deux saisonniers pour l’aider.

« Il n’y a pas une recette qui fonctionne partout, il faut s’adapter », conclut-t-il.

Envoyer Imprimer

COMMENTEZ CET ARTICLE

Accéder à la charte des commentaires
Signaler un commentaire abusif

Charte de comportement sur le site horizons-journal.fr

Les espaces de contribution du site Internet de Horizons Centre Ile de France (commentaires, témoignages, chats, …) sont des espaces d'échanges et de discussions, respectueux du pluralisme, à partir des sujets publiés sur le site de Horizons.

Quiconque peut y participer à condition d'avoir au préalable validé, au moyen d'une adresse de courriel valide ou de son profil facebook, son inscription sous son nom ou sous un pseudonyme.

La participation aux espaces de contribution de Horizons suppose l'acceptation et le respect par chacun de règles de conduites établies par Horizons Centre Ile de France et qui ne souffrent aucune contestation.

Les commentaires des internautes sont modérés, c'est-à-dire qu'un ou plusieurs modérateurs veillent au respect des règles ci-dessous. Le ou les modérateurs peuvent, sans discussion possible, supprimer tout ou partie d'un commentaire tombant sous le coup de la loi ou contraire à la présente charte.

Horizons Centre Ile de France se réserve le droit d'exclure des espaces de contribution, temporairement ou définitivement, celles et ceux qui violeraient ces règles de façon répétée ou systématique.

La modération s'effectue a posteriori. Tout commentaire posté sur horizons-journal.fr est immédiatement mis en ligne. Il est validé ou non par le ou les modérateurs dans les heures qui suivent.

Les internautes participants au site de Horizons sont invités à signaler d'éventuels dérapages au moyen du lien ad hoc présent dans les pages.

 

Rappel de la loi

Les propos tombant sous le coup de la loi sont proscrits sur le site :

Le racisme ou l'antisémitisme, l'incitation à la haine ou à la discrimination raciale ou religieuse, la xénophobie (tout propos formulant une critique générale contre l'ensemble d'une population, d'un pays, d'une nation ou d'une communauté).

L'appel à la violence

L’apologie des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, le révisionnisme ou le négationnisme

Les propos pouvant heurter la sensibilité des mineurs, la pédophilie, la pornographie

La diffamation ou l'injure, les propos mettant en cause l'honneur ou la réputation d'une personne physique ou morale, publique ou privée

L’apologie du suicide

Les informations relatives à la vie privée.

L'utilisation d'oeuvres protégées par des droits d'auteur


Les règles de conduite

Sont exclus les propos contraires aux principes suivants :

Le respect des participants. Pas d'insultes ou d'invectives envers autrui ou les participants aux espaces de contribution. On débat sur le terrain des idées, des faits et des arguments. L'agressivité est bannie.

La correction. Pas de propos injurieux, obscènes ou offensants, pas de propos grossiers, pas d'attaques ou d'allusions concernant le physique d'une personne publique ou privée, qu'elle soit président de la République ou simple voisin.

Le respect de la grammaire et de l'orthographe. Le respect de ses interlocuteurs passe par le respect de la langue française, garant de la bonne expression et de la compréhension des idées.

Le respect de la vie privée. Pas de publication non sollicitée d'adresses e-mail, de numéros de téléphone et adresses postales.

La mesure. Le harcèlement par la répétition de messages identiques ou très voisins et la répétition de liens hypertextes identiques vers d'autres sites entraînera la suppression systématique des contributions et le bannissement définitif des contributeurs.

Est également proscrit le détournement des espaces de contributions pour faire de la propagande ou du prosélytisme, à des fins professionnelles ou commerciales, et à des fins politiques, religieuses ou sectaires.










Le lien vers l'article sera automatiquement ajouté dans votre email



L'ACTUALITÉ EN VIDÉO
Assemblée Générale 2017 de la FDSEA77  à Nemours

  • Assemblée Générale 2017 de la FDSEA77  à Nemours
  • Assemblée Générale 2017 de la FDSEA77  à Nemours
  • Assemblée Générale 2017 de la FDSEA77  à Nemours
  • Assemblée Générale 2017 de la FDSEA77  à Nemours
SONDAGE EXPRESS

Aucun sondage en cours.

> Tous les sondages